Source ID:news·20121207·LA·0090; App Source:cedromItem

Les évangéliques sont parmi nous

Réunis en des lieux anonymes, ils chantent et miment leur adoration du Seigneur... (Archives de La Presse.)

Agrandir

Archives de La Presse.

Réunis en des lieux anonymes, ils chantent et miment leur adoration du Seigneur sur des airs de rap, de pop, de soft rock ou même de black metal. Ils sont jeunes, boomers, sportifs ou travailleurs de la construction. Orlando Arriagada a suivi pendant 18 mois ces Québécois convertis à la religion évangélique. Son documentaire Les soldats de Jésus démontre le visage québécois du mouvement religieux auquel souscrit Stephen Harper.

«Comme réalisateur, j'ai essayé d'être éthique. Avec quelques effets de montage, en organisant autrement deux ou trois phrases, il aurait été facile de faire passer ces gens pour des fous ou des démons», rapporte Orlando Arriagada, rencontré quelques jours après la projection des Soldats de Dieu dans une église fréquentée par des évangéliques.

Le téléspectateur qui veut voir des illuminés se livrer à la parole de Dieu n'y assouvira pas son goût pour le voyeurisme. Sincèrement captivé par la quête spirituelle de ses protagonistes, Orlando Arriagada a surtout mis l'accent sur l'aspect communautaire et solidaire d'une voie religieuse qui rallie de plus en plus de fidèles en sol québécois.

Branche du protestantisme, le mouvement évangélique est le seul dont la croissance repose sur des conversions massives et compte désormais 700 millions de convertis (sur 1,9 milliards de chrétiens.) Près de 40% des Américains se déclarent évangéliques.

D'après le recensement de 2001 de Statistique Canada, pour 3000 conversions à l'islam et 1500 au bouddhisme, environ 50 000 personnes se seraient converties à l'évangélisme.

«Dans le mouvement évangéliques, il y a des propriétaires d'entreprise, des courtiers, des Monsieur et Madame Tout-le-monde. J'y ai croisé un gars qui travaille dans une grosse compagnie de multimédia à Montréal, un gars avec des tatouages, des gens qui trippent sur le métal...»

Un des personnages principaux du film est Jérémie, travailleur de la construction et fêtard repenti, qui aspire à devenir pasteur. Du nombre de ces pieux citoyens, il y a aussi une nageuse synchronisée qui aspire à participer aux prochaines Jeux Olympiques, qui raconte le rituel de prière qui précède chacun de ses compétitions.

On entre aussi dans le quotidien de familles entières converties, qui ont abandonné la religion catholique pour se tourner vers cette religion sans pape ni hiérarchie, où règnent l'esprit de communauté et la dévotion.

Pas d'églises à proprement parler pour ces pratiquants d'une religion sans hiérarchie et régie par aucun pape, qui s'opposent fortement à l'homosexualité et à l'avortement. «Jérémie par exemple, se reconnaît totalement dans l'expression «soldat de Jésus». Il se dit convaincu d'être dans un combat perpétuel contre les forces invisibles, les forces du mal.»

L'Évangile à Mascouche

D'abord producteur, Orlando Arriagada a récemment fait le saut à la réalisation avec Derrière le miracle (sur le sauvetage des mineurs chiliens) et Miss Inc. (sur l'industrie de la beauté au Venezuela.) Chilien établi depuis 25 ans à Montréal, il prône l'ouverture à la différence de l'autre. «Parfois on oublie que juste à côté, il y a des gens pour nous faire voyager.»

Selon lui, l'émergence de nouvelles religions est non seulement le remplissage d'un vide spirituel résultat de l'abandon de l'Église catholique, mais aussi un phénomène de multiculturalisme.

«Pour des Philippines, par exemple, qui travaillent comme femmes de ménage, l'église devient le seul point de rencontre où elles peuvent manger gratuitement, socialiser, rencontrer des gens», ajoute Orlando Arriagada, qui témoigne que les scènes de rituels dominicaux ou de baptêmes qu'il a filmés à Mascouche existent partout dans la province.

Orlando Arriagada ne s'est pas converti à l'évangélisme à l'issue de ses 18 mois de tournage. Par contre, il a abandonné certains jugements négatifs, touché par la foi sincère de ces croyants qui soutiennent des missions en Afrique ou en Haïti. «Beaucoup d'entre eux se sont sortis de leur dépendance aux drogues en se tournant vers les Évangiles. Ils sont contents d'être ensemble et sentent qu'ils aident les gens.»

__________________________________

Le documentaire Les soldats de Jésus sera présenté le 10 décembre à 20h, sur RDI




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer