« Je ne connais personne dans le groupe. » « L’émission devrait juste s’appeler Big Brother. » « On n’a plus les célébrités qu’on avait, hein ? »

Publié le 10 janvier

Le dévoilement des nouveaux locataires du manoir de Big Brother Célébrités de la chaîne Noovo n’a pas suscité d’enthousiasme délirant de la part des fans de cette téléréalité, loin de là. La notoriété des vedettes québécoises qui y participent a été remise en question pendant tout le week-end, et c’est une réaction 100 % normale, voire prévisible.

Le scénario de 2021 se répète mot pour mot. Voyons, c’est qui ça, Richardson Zéphir ? Pis Laurence Bareil ? Et Rita Baga, je n’ai jamais entendu ce nom-là de ma vie !

Un an plus tard, la drag queen Rita Baga a visité les plateaux des émissions les plus regardées du Québec et a joué dans une kyrielle de publicités, dont celle de Coca-Cola relayée pendant le Bye bye 2021.

Comme quoi, ça vaut la peine de ne pas démolir des candidats aux profils moins établis avant même qu’ils n’aient la chance de former une alliance au nom douteux (les pennes, les œufs cuits durs, vraiment ?).

Me semble que c’était évident que Céline Dion, Xavier Dolan ou Véronique Cloutier n’allaient pas dormir dans des lits simples pendant 92 jours, non ? Les agendas des stars de ce calibre débordent jusqu’en 2023. Et ces têtes couronnées gagnent plus que 6300 $ par semaine, soit le salaire versé à chacune des célébrités de Big Brother.

La célébrité est d’ailleurs un concept aux contours variables. Certaines recrues de Big Brother sont très connues dans un domaine précis (le cycliste Hugo Barrette, la plongeuse extrême Lysanne Richard, la joueuse Stéphanie Harvey), d’autres ont un rayonnement plus grand public (la comédienne Guylaine Guay, le chanteur Sébastien Plante, des Respectables). Et l’humoriste Martin Vachon a incarné le pilote Bruce dans Mémoires vives, ne l’oublions jamais, merci.

Peu importe le degré de leur popularité, l’aspect crucial dans le choix des concurrents de Big Brother Célébrités, c’est qu’ils aient le goût de jouer et qu’ils donnent un bon spectacle.

Il n’y a rien de plus décevant que des candidats qui démissionnent à mi-parcours parce qu’ils s’ennuient de leur famille (allô, Emmanuel Auger).

L’an dernier, la comédienne Camille Felton a révélé ses talents de stratège et a réussi un coup fumant en trahissant Kevin Lapierre, d’Occupation double. C’est ce qu’on aime dans Big Brother : les manigances, les revirements, les complots, la montée des négligés et les évictions par la porte d’en arrière.

On l’a constaté dimanche soir, la cuvée de Big Brother Célébrités 2 semble prête à secouer bien plus que d’immenses coupes de champagne en plastique. En un seul épisode de 90 minutes, l’alliance des huit premiers compétiteurs s’est constituée, et la très perspicace humoriste Michelle Desrochers (que j’aime beaucoup) a flairé la combine.

PHOTO EVE B. LAVOIE, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Michelle Desrochers

Ayant été élue patronne « d’un commun t’accord », dixit l’auteure-compositrice-interprète Claudia Bouvette, Michelle Desrochers prépare un grand coup, on dirait bien, pour les mises en danger de lundi.

De leur côté, Eddy King et Martin Vachon, le golden retriever autoproclamé, ont jeté les bases de ce qui ressemble à une sous-alliance des humoristes. Ça brasse déjà, contrairement à 2021, où les participants — sauf Jean-Thomas Jobin – ne comprenaient pas trop la mécanique de ce jeu de stratégie.

Chose certaine, les Claudia Bouvette, Martin Vachon, Tranna Wintour et Michelle Desrochers ont visionné plusieurs éditions de la version américaine de Big Brother. Tout de suite, ils ont identifié l’épreuve des « bulles en soir », présentée dans la saison 16 aux États-Unis.

Devant les caméras, sans gêne, les concurrents discutent du pour et du contre de devenir patron la première semaine (c’est risqué, ça t’étampe une cible dans le dos). Nous n’avons pas affaire à des débutants. Ils ont soif de tactique et plusieurs ont insisté sur leur « côté compétitif ».

On pense ici au cycliste Hugo Barrette, au joueur des Alouettes Marc-Antoine Dequoy, à la chanteuse Éléonore Lagacé et à l’acteur Karl Walcott. Des gens qui n’aiment pas perdre.

Une personne qui a mal entrepris son parcours ? Seb Plante, des Respectables, qui a demandé à coucher dans la plus petite chambre, uniquement avec deux gars. S’il cherche de l’intimité à Big Brother, notre homme 7UP n’a clairement pas compris le concept de vivre à 16 personnes dans une maison-studio de 16 000 pieds carrés, truffée de caméras.

PHOTO EVE B. LAVOIE, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Sébastien Plante

Déclaré positif à la COVID-19 le jour du début des tournages, l’humoriste Stéphane Fallu a été isolé et rejoindra ses camarades la semaine prochaine.

Ce premier épisode de Big Brother Célébrités 2 a été beaucoup mieux ficelé que celui de l’an passé. Le dévoilement progressif des colocataires, l’indicatif musical rafraîchi, le montage plus rapide, la téléréalité de Noovo a décollé comme une fusée.

À l’animation, Marie-Mai, vêtue d’une superbe robe Mugler, gagne en assurance et en autodérision. Vraiment, Marie-Mai est une « estique de bonne leader », contrairement à une autre chanteuse qui a foutu un maudit bordel il n’y a pas si longtemps, sur ce même plateau.