Une juge du tribunal de Los Angeles a refusé, mercredi, de modifier les termes de la tutelle de Britney Spears. Dans une lettre adressée à la juge, l’avocat de la chanteuse a indiqué que celle-ci est effrayée par son père et refuse de remonter sur scène tant qu’il sera responsable de sa carrière.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Une demande a été déposée l’été dernier pour que James Spears ne reprenne pas son rôle de tuteur. Suite à des problèmes de santé du père de la chanteuse de 38 ans, une tutrice certifiée, Jodi Montgomery, avait temporairement pris le relai. L’avocat de Britney Spears, Samuel Ingham, demandait alors que Montgomery soit nommée tutrice de façon permanente à la place de James Spears.

Malgré la lettre livrée par l’avocat mercredi, faisant état de la peur que Britney Spears dit ressentir envers son père, la juge Brenda Penny a refusé de retirer à James Spears son rôle de tuteur. Britney Spears « s’oppose catégoriquement » à ce que son père continue de gérer sa vie, indique également la lettre.

James Spears agit en tant que tuteur légal depuis que la chanteuse a été déclarée mentalement inapte en 2008, après une profonde dépression. Il prend toutes les décisions concernant sa fille, de la gestion de ses finances et de sa carrière à sa vie personnelle.

Un mouvement de soutien, #FreeBritney, a éclos sur les réseaux sociaux et demande que la vedette soit « libérée » de sa tutelle. Des théories du complot émergent sous ce mot-clic, certains admirateurs étant convaincus que Britney Spears est en danger et qu’elle publie des appels à l’aide dissimulés dans ses publications Instagram.

L’avocat de la chanteuse a jusqu’au 18 novembre pour contester la décision de la cour. La prochaine date de révision du dossier de Britney Spears a été fixée au mois de février 2021.