« Une blague » ou, pire, une « théorie du complot ». C’est ainsi que le père de Britney Spears qualifie le mouvement de libération en faveur de sa fille, sous sa tutelle depuis 12 ans.

Silvia Galipeau
Silvia Galipeau La Presse

C’est en ces mots que Jamie Spears, 68 ans, s’est confié au New York Post, exprimant son exaspération. « Les gens n’ont aucune idée, dit-il. C’est à la cour de Californie de décider ce qui est le mieux pour ma fille. Ce ne sont les affaires de personne. »

On se souvient que l’homme s’est vu confier par le tribunal la charge de superviser la chanteuse, en 2008, alors qu’elle vivait une période noire (pensez perte de la garde de ses enfants, problèmes de santé mentale, bref, descente aux enfers).

Depuis, comme le rappelait tout récemment La Presse, une pétition et un véritable mouvement pour la libération de Britney Spears, auquel se sont jointes une foule de célébrités (dont Ruby Rose, Miley Cyrus, Paris Hilton et ­Ariel Winter), se sont mis en branle, et font surtout de plus en plus jaser.

Lisez l’article du New York Post (en anglais)

(Re)lisez l’article de La Presse