La pandémie de COVID-19 a eu un impact dévastateur sur les musées du monde entier : le taux de fréquentation a chuté de 77 % en 2020, révèle le bilan annuel de The Art Newspaper.

Léa Carrier Léa Carrier
La Presse

Au cours d’une année ordinaire, quelque 9 millions de visiteurs se bousculent devant La Joconde au Musée du Louvre à Paris. Un autre demi-million déambulent à travers les mannequins de l’exposition annuelle du Costume Institute au Metropolitan Museum of Art à New York. Or, la fréquentation globale des 100 musées d’art les plus visités au monde est passée de 230 millions de visiteurs en 2019 à 54 millions en 2020, ce qui représente une chute de 77 %.

La principale raison ? Les musées ont été contraints de fermer leurs portes en moyenne 145 jours. Par exemple, le Musée national de Chine à Pékin, deuxième musée le plus visité au monde, a fermé ses expositions pendant trois mois. Lorsqu’il a rouvert, sa capacité a été réduite à 90 %, passant de 30 000 visiteurs potentiels par jour à 3000.

À l’autre bout du spectre, les musées néo-zélandais ont échappé au pire. Grâce à l’implantation rapide des restrictions sanitaires sur l’île, « ils ont été fermés moins longtemps que la moyenne mondiale et, dans l’ensemble, n’ont pas été confrontés à des limites de capacité lors de leur réouverture, contrairement à la plupart des autres musées dans le monde », indique le bilan.

Sa galerie d’art de Christchurch Te Puna o Waiwhetūd détient le meilleur score mondial, avec une baisse du taux de fréquentation de 28 %.