Les musées et les galeries rouvrent leurs portes cette semaine au Québec. Voici une sélection de 10 expositions que les amateurs d’art peuvent enfin aller découvrir ! Avec les mesures sanitaires appropriées, bien sûr. Bonnes visites !

Publié le 8 févr. 2021
Éric Clément
Éric Clément La Presse

Musée d’art contemporain de Montréal

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Famille [Kahwa : sire], de Carla Hemlock, artiste mohawk de Kahnawake. Une des plus belles œuvres de l’exposition La machine qui enseignait des airs aux oiseaux.

La machine qui enseignait des airs aux oiseaux. Voilà une exposition qui va remettre votre esprit sur l’piton, comme on dit, et ce, dès mercredi ! La Presse a eu la chance de parcourir, en décembre, ces œuvres de 34 artistes qui ont choisi Montréal pour créer. Signée Mark Lanctôt et François LeTourneux, deux conservateurs du Musée d’art contemporain de Montréal, l’expo fait réfléchir sur la capacité de l’art à nous éveiller et sur l’importance du regard, de l’écoute et de l’ouverture. Du tonus pour nos méninges !

(Re)lisez notre critique de l’exposition

> Réservez votre billet

Musée national des beaux-arts de Québec

PHOTO MARK HEATHCOTE AND MATT GREENWOOD (TATE), FOURNIE PAR LE MNBAQ

Tivoli : Tobie et l’Ange, vers 1835, Joseph Mallord William Turner, huile sur toile, 90,5 cm x 121 cm, Tate, Londres 2017

Un petit tour à Québec ? Le Musée national des beaux-arts du Québec peut enfin donner accès, dès mercredi, à sa prestigieuse exposition Turner et le sublime qui devait débuter le 15 octobre et finir le 3 janvier. La Tate de Londres, d’où proviennent les 77 œuvres de William Turner (1775-1851), a accepté une prolongation du déploiement des paysages saisissants du peintre, aquarelliste et graveur anglais jusqu’au 2 mai. L’expo à ne pas rater…

Consultez le site du Musée national des beaux-arts du Québec

Musée des beaux-arts de Montréal

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Vue de l’exposition Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones, enfin présentée au public dans les salles du Musée des beaux-arts de Montréal à partir de jeudi prochain.

Le MBAM rouvre jeudi, et les amateurs de Riopelle vont enfin pouvoir admirer les 160 œuvres réunies dans l’exposition Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones, un commissariat de l’historienne de l’art Andréanne Roy, du conservateur Jacques Des Rochers et d’Yseult Riopelle, fille aînée de l’artiste, auteure et éditrice du catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle.

(Re)lisez notre critique de l’exposition

Consultez le site du MBAM

McCord

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Trois robes de Christian Dior des années 1950, faisant partie de l’exposition qui rouvre ce jeudi au musée McCord.

Les amateurs de haute couture vont se réjouir ! L’exposition Christian Dior qui déploie 51 vêtements du grand couturier français rouvre jeudi. Un parcours qui présente les lignes emblématiques du New Look, les étoffes luxueuses et les broderies romantiques qui ont fait la réputation de Dior. Produite par le Musée royal de l’Ontario, l’expo couvre les années 1947 à 1957, soit depuis la création de la maison Dior jusqu’à la mort de Christian Dior.

> Consultez le site du musée McCord

Musée d’art contemporain des Laurentides

PHOTO FOURNIE PAR LE MACLAU

Prépare ton sac — Lab.observatoire de la mobilité, Raphaëlle de Groot, Atelier Éclipse, Saint-Jérôme, 2020

Si vous allez profiter des Laurentides cette semaine, sachez que le Musée d’art contemporain des Laurentides rouvre mercredi avec Communes mesures de l’artiste Raphaëlle de Groot. Un projet commun du musée et de la lauréate 2012 du prix Sobey, qui sont en contact chaque semaine depuis plusieurs mois grâce à un canal virtuel, Raphaëlle de Groot étant en Italie. Sa résidence artistique virtuelle lui permet d’être également en relation avec des amateurs d’art, l’équipe du musée transposant en salle du contenu de leurs conversations en ligne.

> Réservez votre rencontre virtuelle avec l’artiste

Consultez le site du Musée d’art contemporain des Laurentides

Blouin Division

PHOTO FOURNIE PAR LA GALERIE BLOUIN DIVISION

Vue de l’exposition Quarante, chez Blouin Division, avec des œuvres de Claude Tousignant (à gauche) et de Francine Savard (à droite).

Blouin Division avait conçu Quarante au début de la pandémie. Une expo d’œuvres de 40 artistes qui occupe tout le 2e étage d’Arsenal, avec notamment Nicolas Baier, Yann Pocreau, Caroline Monnet, Geneviève Cadieux et Valérie Blass. René Blouin a voulu célébrer les arts visuels à Montréal « pour aider à contrer la pandémie ». Élaborée à partir d’une consultation de professionnels et d’amateurs d’art contemporain qui fréquentent le circuit des galeries montréalaises, l’expo ouvre mardi (sur rendez-vous), et ce, jusqu’au 27 février.

Consultez le site de Blouin Division

Musée d’art de Joliette

PHOTO PAUL LITHERLAND, FOURNIE PAR LE MAJ

Une des œuvres de l’exposition Infiltrations, présentée par Philippe Allard au Musée d’art de Joliette, dès mardi.

Le Musée d’art de Joliette reprend ses activités physiques ce mardi avec plusieurs expositions de nouveau accessibles, dont Infiltrations, un brillant et ludique corpus d’œuvres de Philippe Allard, créé à partir de matières résiduelles de plastique. Les œuvres infiltrent tous les espaces du MAJ, tant ses salles d’exposition, ses aires publiques que son architecture. Une expo qui se penche sur la gravité, pour l’environnement terrestre, de notre surconsommation de plastique.

Consultez le site du Musée d’art de Joliette

Pointe-à-Callière

PHOTO FOURNIE PAR LE MUSÉE DE POINTE-À-CALLIÈRE

Vue de l’exposition Train, transporteur de rêves présentée dès jeudi à Pointe-à-Callière et jusqu’au 6 septembre.

Le musée de Pointe-à-Callière remet ses activités sur les rails dès jeudi avec, à la Maison-des-Marins, l’exposition Train, transporteur de rêves, prolongée jusqu’au 6 septembre. Une expo pour petits et grands qui permettra d’admirer des centaines de trains miniatures et des objets reliés au monde ferroviaire, notamment des maquettes de trains, des costumes et des objets inusités. Des photos et des vidéos d’archives accompagnées d’ambiances sonores rappelleront l’effervescence des grandes gares.

Consultez le site du musée de Pointe-à-Callière

Galerie Bradley Ertaskiran

PHOTO PAUL LITHERLAND, FOURNIE PAR LA GALERIE BRADLEY ERTASKIRAN

Petits vases à parfums et ampoules lacrymales, 2020, Celia Perrin Sidarous, impression au jet d’encre, 122 cm x 152,5 cm. Avec la permission de l’artiste et de Bradley Ertaskiran.

Bradley Ertaskiran redémarre jeudi ses activités en galerie avec un doublé de choix. D’abord, Flotsam, une nouvelle exposition de Celia Perrin Sidarous, photographe lauréate du prix Pierre-Ayot, en 2017. Et le retour de Marie-Michelle Deschamps, avec Oasis, un corpus inspiré du Manuscrit de Voynich, ouvrage datant du XVsiècle. Les expos sont présentées jusqu’au 13 mars.

Consultez le site de la Galerie Bradley Ertaskiran

Centre d’exposition Lethbridge

PHOTO FOURNIE PAR LE CENTRE D’EXPOSITION LETHBRIDGE

Vue de l’exposition Mes beaux enfants et autres anomalies présentée par Montserrat Duran Muntadas au Centre d’exposition Lethbridge, à Saint-Laurent, à partir de jeudi.

Ne pas pouvoir donner la vie est un drame difficile à accepter. C’est le thème de l’exposition Mes beaux enfants et autres anomalies de Montserrat Duran Muntadas. L’artiste montréalaise d’origine espagnole joue avec le verre et le tissu pour créer des œuvres colorées aux formes variées, des objets à travers lesquels « le difforme devient ornement, où les notions d’espace intérieur et d’art viscéral deviennent littérales ». Une exposition pour des publics variés.

Consultez le site du Centre d’exposition Lethbridge