Si les consignes sanitaires le permettent, le Palais des congrès de Montréal deviendra l’année prochaine un vecteur d’émotions et de créativité avec un parcours d’art multimédia immersif baptisé Inspirations.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Qui ne rêve pas d’être témoin du périple spatial de l’astronaute David Saint-Jacques ? D’avoir un accès privilégié au processus créatif de la pianiste néoclassique Alexandra Stréliski ou encore de revoir l’année 2020 avec l’habile réalisateur Émile Roy ?

Au cœur du nouvel espace OASIS immersion, tout cela est maintenant possible. Dans une odyssée multimédia, on présente leur parcours, leur processus créatif et leurs idées sous plusieurs formes, en plus d’explorer d’autres thèmes. Le hygge, populaire art de vivre danois, les nouvelles merveilles du monde architectural de la Chine à l’Iran et un hommage à la créativité québécoise. Le tout décliné en images interactives réconfortantes. Les sujets sont traités avec originalité en trois spacieuses galeries et deux expériences formant un itinéraire lumineux.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le parcours d’art multimédia immersif baptisé Inspirations

Établi au rez-de-chaussée du Palais des congrès de Montréal, le plus grand parcours immersif intérieur au pays plaira aux visiteurs du Vieux-Montréal en quête d’évasion et de rêveries.

Une balado animée par Gregory Charles composée d’entrevues est également offerte gratuitement en complément à l’expérience OASIS immersion.

De salle en salle

L’itinéraire se prête à la contemplation et à l’introspection. D’abord, la « salle d’anticipation ». Une zone de transition zen entre le monde urbain et bruyant et la galerie qui abrite l’exposition. L’ambiance sonore rappelle un spa scandinave niché au milieu du bois.

Ensuite, le « Portail », qui introduit les visiteurs aux différents thèmes avec quelques surprises ambiantes pour mieux se glisser dans l’atmosphère OASIS immersion. Parmi ces billets, un texte de Léa Stréliski portant sur le parcours de sa sœur Alexandra et quelques mots du présentateur de nouvelles Patrice Roy sur son fils Émile. Un sympathique clin d’œil à la tradition muséale pour expliquer les thèmes des œuvres.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le « Téléporteur » est une expérience totalement immersive. Le mot d’ordre : comme si vous y étiez. On se retrouve donc, entre autres, au cœur de la manifestation Black Lives Matter tenue à Montréal en juin dernier ou encore dans les confins du séjour spatial en solitaire de David Saint-Jacques.

Le « Téléporteur » est une expérience totalement immersive. Le mot d’ordre : comme si vous y étiez. On se retrouve donc, entre autres, au cœur de la manifestation Black Lives Matter tenue à Montréal en juin dernier ou encore dans les confins du séjour spatial en solitaire de David Saint-Jacques.

Point culminant, le « Panorama », galerie qui raconte l’histoire derrière les gens, les idées, et les lieux de l’exposition en cours. Le contenu poignant d’un résumé de l’année 2020 concocté par Émile Roy vaut à lui seul le détour, suivi d’une pièce d’Alexandra Stréliski accompagné d’un visuel à la fois charmant, ludique et nostalgique. Les sons et discours qui ébranlent nous font grandir le temps d’une visite.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Denys Lavigne, président, directeur de la création et cofondateur d’OASIS immersion et Nicolas Lassonde, premier vice-président, stratégie d’affaires, et cofondateur d’OASIS immersion

« Il y a cet aspect feel good et optimiste, mais toujours sérieux dans le traitement des sujets. On réfléchit sans lunettes roses, mais toujours avec une vision d’espoir », décrit avec justesse Denys Lavigne, Denys Lavigne, président, directeur de la création et cofondateur d’OASIS immersion.

Du positif

OASIS immersion germait dans l’esprit de ses fondateurs Denys Lavigne et Nicolas Lassonde depuis 2018, avec un lancement prévu en mai 2020. La pandémie est venue chambouler la vie des créateurs d’art vivant. Mais au lieu d’en faire un obstacle, les contraintes ont renforcé l’idée que le public aura besoin d’une bonne dose de positif une fois les visites permises, a expliqué M. Lavigne. Le projet contribue à l’idée de relance du centre-ville, devenu moribond en temps de confinement.

Cette nouveauté va de concert avec la nouvelle vision du Palais des congrès de Montréal. Avec une attraction permanente accessible au grand public, la vocation de l’édifice évolue, en accueillant les visiteurs à l’année et non pas le temps d’un congrès ou d’un évènement.

« Notre souhait est de faire d’OASIS immersion une attraction incontournable pour Montréal et un espace de choix pour y tenir des évènements ou activités d’affaires dans un environnement où la technologie est au service de la créativité. Pour que le Palais devienne un véritable lieu d’échanges et de découvertes », souligne d’ailleurs Robert Mercure, président-directeur général du Palais des congrès de Montréal.

> Écoutez les épisodes de la balado