La pandémie a donné aux rues de la métropole un air moribond, mais son âme est encore bien présente. Cette année dans le Quartier des spectacles, une expérience hivernale ravira les passants qui cherchent à chasser la grisaille. La nouvelle édition de Luminothérapie se voit amplifiée cet hiver et le moment Cœur battant, un vibrant spectacle de sons et lumières, égayera les soirées des Montréalais.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Aux grands maux les grands remèdes. La plus récente édition de Luminothérapie, lancée jeudi soir par le Partenariat du Quartier des spectacles, sera bonifiée cette année au grand bonheur des visiteurs qui pourront s’y promener tout l’hiver. Jusqu’au 14 mars, familles et proches pourront s’immerger dans cinq installations d’art public.

À défaut de pouvoir fréquenter les musées, on invite les passants à expérimenter avec le son et la lumière, réanimant ainsi le centre-ville dévitalisé avec un spectacle extérieur quotidien. On peut ainsi, entre autres, contempler le chemin du son de façon inusitée avec Spectrum, une réalisation de HUB Studio, illuminer une structure métallique au rythme de ses pas en se promenant dans Iceberg, une création d’ATOMIC3 et d’APPAREIL architecture, et simuler une balade dans un champ fait de tiges phosphorescentes avec Entre les rangs, de KANVA Architecture.

  • L’installation Spectrum

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    L’installation Spectrum

  • L’installation Entre les rangs

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    L’installation Entre les rangs

  • Monique Simard, présidente du C.A. du Partenariat du Quartier des spectacles, et Valérie Plante, mairesse de Montréal, dans l’installation Loop

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    Monique Simard, présidente du C.A. du Partenariat du Quartier des spectacles, et Valérie Plante, mairesse de Montréal, dans l’installation Loop

  • L’installation Iceberg

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    L’installation Iceberg

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans un poignant appel à la solidarité envers le milieu culturel, plusieurs édifices participants à travers la ville seront animés par une chorégraphie de lumières rouges et blanches pendant cinq minutes, chaque jour à partir de 18 h. Le moment Cœur battant, pensé et réalisé par Martin Messier, Julie Basse et Olivier Girouard, imitera avec le bruit les pulsations cardiaques. Un rappel que la métropole est bien vivante et que son cœur créatif bat toujours.

Petits et grands s’émerveilleront de la nouvelle mouture de Loop, point culminant de ce parcours hivernal. Une œuvre conçue par Olivier Girouard, Jonathan Villeneuve et Ottoblix, qui ne cesse de se renouveler depuis 2016. Elle raconte chaque fois différentes histoires et le public peut se l’approprier. Le Partenariat du Quartier des spectacles et la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) se sont unis cette fois-ci pour mettre en valeur la littérature québécoise. On peut entrer dans l’un des nombreux zootropes géants, en activer le mécanisme et voir la thématique de 12 livres d’auteurs d’ici défiler devant ses yeux.

En activant le mécanisme du Loop, on est vite conquis par les illustrations illuminées reliées représentant l’univers de l’ouvrage en question. On passe de La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette mise en images par Estelle Frenette-Vallières à Tous des oiseaux de Wajdi Mouawad imagé par Jacques Goldstyn, en passant par Je suis un écrivain japonais de Dany Laferrière illustré par Mathieu Potvin.

Compositeur de formation, Olivier Girouard est aussi responsable de l’ambiance sonore réconfortante qui accompagne les installations. Une musique paisible, qui sied à la perfection à une promenade en solo ou entre amis.

Et les gens déambuleront en toute quiétude. La rue Sainte-Catherine deviendra piétonnière entre la rue De Bleury et le boulevard Saint-Laurent jusqu’au mois de mars, une première durant l’hiver. « Cet évènement incontournable contribuera à dynamiser le centre-ville, qui souffre grandement de la pandémie, et à soutenir nos artistes, qui sont frappés de plein fouet par la crise », a expliqué Valérie Plante, mairesse de Montréal, de passage jeudi soir pour inaugurer le parcours.