La foire Art Toronto 2020 est à peine débutée que l’artiste montréalais Moridja Kitenge Banza y a fait coup double auprès de deux grandes collections canadiennes. Le Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO) et la banque Toronto Dominium lui ont acheté cinq de ses œuvres.

Éric Clément Éric Clément
La Presse

Le Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO) a annoncé, ce mercredi midi, dans le cadre de l’inauguration de la foire Art Toronto, l’acquisition de l’œuvre Christ Pantocrator No 13, réalisée par Moridja Kitenge Banza. Représenté par le galeriste montréalais Hugues Charbonneau, l’artiste québécois d’origine congolaise âgé de 40 ans a utilisé un masque Dan de la collection du Brooklyn Museum comme point de départ de cette œuvre.

> Consultez le site du Brooklyn Museum

Le Christ Pantocrator part de l’icône chrétienne byzantine d’un Jésus-Christ glorieux et tout puissant. « Il s’agit d’une série de peintures qui questionne ma relation avec les masques africains que l’on retrouve dans plusieurs musées occidentaux, dit Moridja Kitenge Banza, de confession catholique. Dans la plupart des cultures africaines, les masques sont réalisés pour être utilisés lors de rites sacrés et de cérémonies célébrant la naissance, la mort ou les récoltes. Déplacés dans un environnement muséal, ils se trouvent amputés de leur contexte de souche. Objets silencieux et décontextualisés, par leur existence ils sont pourtant des preuves matérielles de la diversité et de la complexité des sociétés contemporaines africaines. Ce sont des véhicules de transmission essentiels des mœurs et coutumes pour les futures générations africaines. »

PHOTO ROBERT SKINNER, LAPRESSE

À gauche, Moridja Kitenge Banza, en compagnie du peintre Manuel Mathieu, en juillet dernier, lors du vernissage de l’exposition Relations. La diaspora et la peinture, à Phi, à Montréal.

Par ailleurs, la Banque TD a fait l’acquisition des quatre grandes acryliques sur toile de la série Chiromancie de Moridja Kitenge Banza. Ces œuvres ont été réalisées l’été dernier dans le cadre d’une résidence au Projet Casa, des collectionneurs montréalais Danielle Lysaught et Paul Hamelin.

PHOTO FOURNIE PAR LA GALERIE HUGUES CHARBONNEAU

Les acryliques sur toile de la série Chiromancie de Moridja Kitenge Banza acquises par la Banque TD.

En septembre dernier, le Musée des beaux-arts du Canada avait confirmé l’acquisition d’une création de Moridja Kitenge Banza, De 1848 à nos jours/Coupe de bateau négrier, une grande œuvre sur papier qui faisait partie d’une installation pour laquelle l’artiste avait reçu le premier prix de la Biennale de Dakar, au Sénégal, en 2010.