(Paris) Le milliardaire François Pinault va ouvrir, dès janvier, avec quelques mois d’avance, le musée en plein Paris abritant son importante collection, de quoi redonner un peu le moral à un monde de l’art déprimé par la crise sanitaire.

Jean-Louis DE LA VAISSIERE
Agence France-Presse

L’ancienne Bourse de Commerce, rénovée et transformée en centre d’art contemporain, ouvrira ses portes le 23 janvier alors qu’une échéance au printemps était prévue.

« Cette ouverture viendra enrichir le paysage européen des institutions qui se consacrent à l’art de notre temps et contribuera, après la dure année 2020, à la renaissance de la vie culturelle à Paris », a sobrement souligné le mécène dans un communiqué de Pinault Collection.

Idéalement situé entre le Louvre et le Marais, à proximité du Forum des Halles, le nouveau musée était attendu en juin comme l’évènement culturel du printemps. Mais le confinement avait obligé François Pinault à repousser son lancement d’un an, le temps que soient complétés de nombreux travaux de finition.

Le chantier avait été livré dans les temps par l’architecte japonais Tadao Ando, à l’issue de trois ans de travaux.

Prix Pritzker d’architecture 1995, Tadao Ando a réalisé un projet où l’ancien et le contemporain s’allient harmonieusement, en coulant à l’intérieur de l’ancienne Bourse circulaire un cylindre de béton brut d’un diamètre de 29 mètres et d’une hauteur de 9 mètres, sous la verrière du 19e siècle.

Bien que ralentis par les contraintes sanitaires, ces travaux de finition pourront s’achever à la fin de l’année.

Raviver la flamme

« La vie culturelle a terriblement souffert de la crise sanitaire. Autant que les restrictions aujourd’hui encore appliquées à l’accueil du public, ce qui la perturbe gravement, c’est l’incertitude », a fait valoir auprès de l’AFP l’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon, conseiller de François Pinault.

« Incertitude pour beaucoup d’opérateurs culturels quant à leur capacité à franchir cette terrible épreuve sans casse irréparable », a-t-il notamment évoqué.

« C’est une raison suffisante et forte pour vouloir donner à la scène culturelle française un signe supplémentaire de confiance en l’avenir et de contribuer, avec beaucoup d’autres, à ce que la flamme intense de la vie culturelle ne s’éteigne pas », a-t-il poursuivi.

François Pinault, Breton d’origine modeste, devenu une des plus grandes fortunes françaises construite dans la distribution et le luxe (le groupe Kering), s’est constitué en un demi-siècle l’une des plus importantes collections d’art contemporain.

La programmation du nouveau musée — une quinzaine de projets par an — sera annoncée dans quelques semaines.

Le nouveau musée commencera par plusieurs journées portes ouvertes, dans le respect des règles sanitaires. L’exposition inaugurale présentera 35 artistes.

Peintures, sculptures, installations, photographies, vidéos, films, œuvres sonores… seront exposés dans une dizaine d’espaces modulables sur l’intégralité des 6800 m2 d’espaces d’expositions (sur un total de 10 500 m2).

La vaste collection Pinault, dédiée à l’art des années 1960 à nos jours, est constituée de quelque 10 000 œuvres de près de 380 artistes. Une bonne partie a déjà été exposée à Venise au Palazzo Grassi et à la Punta della Dogana, deux sites où Pinault Collection a déjà organisé 27 expositions.

La « Bourse de Commerce — Pinault Collection » deviendra ainsi le premier musée parisien exclusivement dédié à l’art contemporain provenant d’une collection particulière.

D’abord grenier à blé, puis « corbeille » bourdonnante où s’assemblaient les courtiers, la Bourse de Commerce embrasse quatre siècles de prouesses architecturales et techniques. Elle associe en effet la première colonne isolée de Paris, la Colonne Médicis, construite au 16e siècle, les vestiges de la halle au blé du 18e siècle et la première coupole en fer et fonte de grande portée, du début du 19e siècle. L’ensemble avait été recomposé en 1889, pour y implanter la Bourse de Commerce.