Ayant décidé de ne pas respecter une « vague » promesse de l'ex-maire Denis Coderre de permettre au musée McCord de déménager dans l'îlot Eugène-Lapierre, au nord de la place des Festivals, l'administration de la mairesse Valérie Plante vient de proposer trois autres terrains à l'institution muséale, a appris La Presse.

Mis à jour le 31 juill. 2018
Éric Clément LA PRESSE

Au printemps, l'annonce par l'administration Plante de convertir l'îlot Eugène-Lapierre en un petit parc avait semé la consternation au musée McCord. L'ex-maire Coderre avait promis à l'institution que ce terrain compris entre les artères Jeanne-Mance, De Bleury, De Maisonneuve et Président-Kennedy accueillerait le nouvel édifice muséal une fois que le McCord aurait trouvé le financement requis.

L'administration Plante avait fait valoir en mai dernier que tout n'avait pas été fait dans les règles de l'art par l'ancienne administration. Hier, Valérie Plante a réitéré à La Presse le manque de sérieux montré par l'ex-premier magistrat dans ce dossier.

«  À part une promesse sur un bout de papier qui n'avait aucune valeur légale, rien n'avait été ancré dans la machine administrative de la Ville », a dit, hier, la mairesse à La Presse.

« Le maire précédent n'a même pas pris le soin de vérifier avec le contentieux. On ne donne pas un terrain de la Ville comme ça, sans avoir pris des précautions », a affirmé la mairesse. 

« Nous, on a décidé de faire les choses en bonne et due forme. On travaille avec le Service de la culture et l'arrondissement de Ville-Marie pour trouver un site qui va convenir aux besoins du musée McCord, qui est super important pour Montréal.  » 



DISCUSSIONS EN COURS


La mairesse et des représentants de la municipalité ont rencontré récemment des responsables du musée McCord, à la grande satisfaction de Monique Jérôme-Forget, présidente du conseil d'administration de l'institution.

«  Mme Plante a mis en branle une équipe qui a été très diligente à cet égard, a dit l'ancienne ministre libérale. La Ville a proposé trois sites pour accueillir le nouveau musée McCord. Mais il n'y a encore rien de fait. On est en discussions. Rien n'est encore ficelé. Il faut rencontrer les propriétaires des terrains. Mais c'est clair qu'il y a de l'intérêt.  »

Les trois lieux, qui ne peuvent pas être dévoilés compte tenu des discussions avec leurs propriétaires, sont situés au coeur du Quartier des spectacles. Ils sont proches de stations de métro et leur superficie serait adéquate pour les besoins du musée, selon la Ville. 

« Nous analysons ces sites actuellement, a dit Suzanne Sauvage, directrice du musée McCord. Deux d'entre eux sont bien et le troisième ne nous intéresse pas. Chacun des deux sites intéressants a des enjeux propres qui demandent des analyses de faisabilité. »

« L'un des sites est à proximité de la place des Festivals. Il nous intéresserait beaucoup, puisque c'est dans ce secteur qu'on avait choisi de nous établir », affirme Mme Sauvage. 

« Mais ce n'est pas simple comme projet. Il y a beaucoup de choses à étudier pour voir comment cela peut fonctionner », a ajouté la directrice.

La mairesse Plante rappelle que même si l'îlot Eugène-Lapierre n'est pas d'une grande superficie, il était plus logique d'en faire un parc plutôt que de le réserver au nouveau musée McCord.

« Cet espace est très minéralisé et il n'y a pas beaucoup d'arbres dans le secteur, dit Valérie Plante. Le besoin en espaces verts est criant dans le centre-ville. Et les différents festivals voient d'un très bon oeil qu'on puisse conserver cet espace qui pourra être occupé pendant les festivals pour faire de l'entreposage. Parce que les festivals étouffent dans le centre-ville. »

UN PROJET DE 150 MILLIONS

Pour le musée McCord, il est important de presser le pas dans ce dossier si l'établissement ne veut pas perdre les millions que des fondations privées sont prêtes à lui accorder dans ce projet, notamment le don de 15 millions de dollars de la Fondation Emmanuelle Gattuso. Le projet total du déménagement dans un nouvel édifice est évalué à environ 150 millions, financés en parts égales par les gouvernements fédéral et provincial et le secteur privé. 

« Nous avons déjà obtenu quelque 25 millions de promesses de dons privés, a dit Suzanne Sauvage. On travaille fort, on fait des pressions partout. On pense que le gouvernement provincial va être attentif à notre demande. C'est vraiment le gouvernement du Québec qui va être le déclencheur. »

Photo fournie par le Musée Mccord

.

Photo Olivier Jean, Archives La Presse

Valérie Plante