Source ID:df51736a-7936-4bf9-a0fc-40abb21a3fbf; App Source:alfamedia

Manuel Mathieu: «Il faut un vrai échange pour comprendre l'autre»

L'artiste montréalais d'origine haïtienne Manuel Mathieu participe à... (Photo Martin Tremblay, La Presse)

Agrandir

L'artiste montréalais d'origine haïtienne Manuel Mathieu participe à l'exposition Nous sommes d'ici: l'art contemporain des Noirs canadiens, présentée au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu'au 16 septembre.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Être noir. Être haïtien. Être artiste. Être au Québec. Être. Bien des défis pour le peintre Manuel Mathieu, qui fait partie des 11 artistes exposés au Musée des beaux-arts de Montréal dans le cadre de Nous sommes d'ici: l'art contemporain des Noirs canadiens. La Presse a visité en sa compagnie ce déploiement muséal aux multiples points de vue.

Arrivé au Québec il y a 10 ans, Manuel Mathieu y a étudié avant de se réaliser pleinement comme artiste ici et ailleurs. La route n'a pas été facile et il veut croire à des changements qui permettront à la diversité de la société québécoise de se développer dans l'égalité et l'harmonie.

«Chaque personne a sa manière d'être présente dans le monde et d'articuler sa liberté, dit l'artiste Manuel Mathieu. En tant qu'artiste, en tant qu'Haïtien, en tant qu'être humain, chaque jour redéfinit mon identité.»

Manuel Mathieu croit en un monde harmonieux, pourvu que l'on privilégie le dialogue et l'échange en laissant de côté les opinions bien arrêtées. Comme l'idée de rassembler des oeuvres d'artistes noirs dans un musée, est-ce vraiment la bonne façon de sortir ces artistes de l'isolement ou de l'ignorance? Idée toute faite, répond Manuel Mathieu. 

«C'est le regard qui doit changer. Il ne faut pas voir la couleur, mais les différentes réalités des gens noirs. Quand on délaisse la couleur, ça devient riche, car on découvre différents regards sur le monde. Comme il y a plein de regards différents sous la bannière, par exemple, de l'impressionnisme.» 

Manuel Mathieu applaudit à l'initiative du Musée royal de l'Ontario et du MBAM de présenter Nous sommes d'ici. Même si des expositions du même type ont été montées ailleurs, il croit que celle-ci a atteint un regard élaboré par rapport à «l'expérience noire» dans une société. 

«C'est intéressant, car il y a beaucoup d'évènements dans le monde, aujourd'hui, des frictions par rapport aux Noirs ou aux races qui viennent alimenter le dialogue, dit-il. C'est très important de dire que si l'idée de diversité a déjà fait des vagues au Québec dans les années 90, il n'y a pas eu beaucoup de changements. Et ça passe par des changements institutionnels.» 

Différences

Manuel Mathieu dit que les artistes ont la chance de s'exprimer au Québec, mais quand l'artiste noir ou autochtone se heurte à l'institution, il a du mal à cadrer avec un système qui ne comprend pas la différence. Il y a des nuances de regards, dit-il. Un Noir en Haïti, maître de son destin, ne vit pas la même expérience qu'un Noir aux États-Unis qui vit sur la terre de son oppresseur de jadis, et il ne vit pas non plus la même expérience qu'un Québécois d'origine haïtienne ou qu'un Montréalais d'origine jamaïcaine. 

«Le contexte racial est chaque fois différent, dit-il. De multiples facettes s'entrelacent.»

L'artiste salue donc le MBAM d'avoir ajouté cet axe contemporain noir à son exposition sur Picasso (D'Afrique aux Amériques: Picasso en face-à-face, d'hier à aujourd'hui). Pour lui, cet ajout n'a rien à voir avec une quelconque crainte de se faire reprocher d'avoir fait de l'appropriation culturelle. 

«On ne peut avoir un regard figé dans le temps. Seuls ceux qui parviennent à intégrer leur temps survivent. Le musée a bien fait. Il a su s'adapter.» 

C'est la raison pour laquelle il appelle au dialogue interculturel. Il estime d'ailleurs que la controverse qui a entouré la présentation de la pièce SLĀV n'était pas propice au dialogue. «On n'a pas besoin d'opinions, mais d'adaptation institutionnelle, dit-il. Il faut un profond changement, une évolution, un vrai échange pour comprendre l'autre, dit-il. Pas un divertissement estival.» 

Résistances

Manuel Mathieu a dû se battre pour diffuser son travail. Il dit avoir constaté une certaine résistance des centres d'artistes à s'adapter aux parcours et aux caractéristiques des artistes. «Pour les arts visuels, au Québec, mis à part cette expo au Musée des beaux-arts, on a une structure particulière qui, selon moi, ne facilite pas l'expansion des artistes québécois, notamment ceux de la diversité.» 

Du coup, il a préféré élargir ses horizons et ne pas dépendre exclusivement des subventions. Représenté par deux galeries européennes, une galerie américaine et une galerie en Chine, il a changé d'échelle. Ce qui ne l'empêche pas d'être ému, lors de l'entrevue, quand un visiteur prend une photo de son Autoportrait avec son cellulaire. «C'est la première fois! On oublie que le tableau existe dans l'espace et qu'il n'est pas juste dans ma tête!» Autoportrait est en cours d'acquisition par le MBAM.

«L'idée que ma grand-mère puisse se retrouver au Musée des beaux-arts, c'est extraordinaire. J'aurais bien voulu qu'elle le sache avant de mourir, car elle serait heureuse de voir que son petit-fils est exposé ici.» 

D'après ce qu'on lui a dit, Manuel Mathieu est le premier Noir canadien haïtien à entrer dans la collection du Musée des beaux-arts. «C'est étonnant, mais c'est comme ça que ça commence, dit-il. On peut voir ça comme un dialogue qui s'amorce. Je préfère être optimiste, mais je suis très conscient de la place que j'occupe.» 

C'est la deuxième fois qu'un musée québécois se porte acquéreur d'une toile de Manuel Mathieu, après le Musée de la civilisation de Québec, en 2014. Cet engouement pour son travail et cette exposition d'artistes noirs sont-ils l'image d'une réalité qui change au Québec? 

«Je ne sais pas, répond Manuel Mathieu, mais une telle manifestation au MBAM permet le dialogue, soulève les vraies questions et permet de découvrir des choses. L'important n'est pas d'envoyer une pierre et de ne pas savoir où elle atterrit. L'idée, c'est de construire quelque chose.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • <em>Nous sommes d'ici</em>: onze nuances de noir

    Arts visuels

    Nous sommes d'ici: onze nuances de noir

    Être noir. Être haïtien. Être artiste. Être au Québec. Être. Bien des défis pour le peintre Manuel Mathieu, qui fait partie des 11 artistes exposés... »

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer