Un homme a été condamné jeudi à Londres à deux ans de prison pour avoir vandalisé une toile du peintre expressionniste abstrait Mark Rothko, estimée à plusieurs millions d'euros et exposée la Tate Modern, le musée londonien d'art moderne.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Wlodzimierz Umaniec, connu aussi sous le nom de Vladimir Umanets, avait inscrit en octobre un graffiti à l'encre dans un coin de l'oeuvre de Rothko Black on Maroon, estimée entre 6 et 11 millions d'euros (entre 8 et 14,5 millions $).

Il avait écrit son nom et les mots «12 une oeuvre potentielle de yellownisme», du nom d'un mouvement artistique dont il se présente comme l'un des fondateurs.

«Votre action le 7 octobre était entièrement délibérée, planifiée et intentionnelle», a déclaré le juge Roger Chapple, qui a qualifié d'«intelligent» le jeune homme d'origine polonaise âgé de 26 ans.

Il est «totalement inacceptable de promouvoir (un mouvement artistique) en endommageant une oeuvre d'art», qui est un «cadeau à la nation», a-t-il ajouté.

La restauration de l'oeuvre pourrait coûter environ 200 000 livres (322 000 $) et durer une vingtaine de mois, selon le procureur.

Black on Maroon fait partie d'une série de tableaux de grande envergure réalisés par Rothko pour le gratte-ciel Seagram de New York. En 1958, les architectes de la tour avaient commandé ces oeuvres pour décorer les murs d'un luxueux restaurant du gratte-ciel. Mais Rothko, pour une raison restée mystérieuse, avait annulé cette commande, restitué les sommes perçues et fait don, notamment à la Tate, des toiles déjà réalisées.

Une oeuvre de l'artiste, décédé en 1970, s'est vendue 86,9 millions $ aux enchères cette année à New York, ce qui constitue un record pour une oeuvre d'art contemporain.