Les descendants de l'ancien propriétaire du Champs de coquelicots à Vétheuil, un chef d'oeuvre de Claude Monet, demandent la restitution de ce tableau qui fait partie de la célèbre collection suisse Bührle, a annoncé mercredi le journal zurichois Neue Zuercher Zeitung.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Chilien Juan Carlos Emden, petit-fils de l'ancien propriétaire Max Emden, doit se rendre prochainement à Zurich pour négocier avec ses avocats la restitution du tableau, selon le journal.

Interrogée, la fondation Bührle, qui gère à Zurich cette célèbre collection composée de tableaux de Monet, Manet, Renoir et Van Gogh notamment, n'était pas immédiatement disponible pour une réaction.

Ce tableau avait été acheté à la fin des années 20 par Max Emden, un richissime homme d'affaires juif de Hambourg, qui avait fait fortune dans les grands magasins.

Sa famille avait notamment créé le grand magasin KaDeWe de Berlin.

En 1933, fuyant l'Allemagne nazie, Max Emden a émigré en Suisse, au Tessin, où il a acheté les célèbres Iles Brissago, situées sur le Lac Majeur.

Il s'y est fait construire la Villa Emden, qui abritait sa collection d'art, dont le Monet.

Max Emden est mort notamment en 1940, et son fils unique, Hans Erich Emden a cédé le tableau en urgence, avant de partir pour l'Amérique du Sud, via Lisbonne. Il a vendu le tableau pour un prix bradé de 30 000 francs suisses la même année à un marchand d'art juif allemand installé à Saint-Gall qui l'a ensuite vendu à l'industriel suisse Emil Bührle, pour 35 000 CHF.

Hans Erich Emeden a financé sa fuite de l'Europe avec le prix obtenu pour les tableaux de la collection de son père.

Selon le journal suisse, le tableau vaut aujourd'hui 25 millions de francs suisses.

Selon la presse chilienne, citée par le journal zurichois, Juan Carlos Emden se bat depuis plusieurs années pour récupérer les tableaux de son grand-père, considérés comme vendus à vil prix dans l'urgence, pour fuir le nazisme.

Ce tableau de Monet avec été volé en 2008 lors d'un hold-up spectaculaire dans le musée Bührle à Zurich, avec 3 autres oeuvres. Il avait été retrouvé quelques jours plus tard, dans le coffre d'une voiture garée sur un parking de Zurich.