Demain, 31 mai, 30 musées montréalais ouvriront leurs portes au grand public. Rare occasion de faire le plein de culture pour pas un rond et d'explorer sans regarder à la dépense. Celui-ci est plate? Passons au suivant. Et celui-là ? Jamais visité? C'est le temps ou jamais.

Jean-Christophe Laurence LA PRESSE

Évidemment, impossible de tout couvrir. La Presse vous propose donc u ne di z a i ne de haltes, sélectionnées de façon hautement subjective. Si le jeu vous dépla ît et que vous désirez faire votre propre parcours, on vous conseille de consulter le site web de la journée (www. museesmontreal.org).À noter que cette 23e Journée des musées montréalais accueille deux nouveaux participants, soit la Fondation DHC/Art, dans le Vieux-Montréal, et le Centre historique des soeurs de Sainte-Anne à Lachine. Quatre «habitués « vont en revanche passer leur tour. Il s'agit du Jardin botanique et de l'Insectarium (payants), du Musée Stewart (en rénovation) et du Musée Juste pour rire (groupes et réservations seulement).

Avis aux adeptes des transports en commun, six circuits d'autobus seront mis à la disposition des visiteurs. Des départs se feront à intervalle régulier devant chaque musée, et les corespondances auront lieu au Centre Pierre-Charbonneau (3000, rue Viau).

INCONTOURNABLE

Moi Yoko, toi John

Il y a 40 ans, le bed-in Pour célébrer ce happening pacifiste, le Musée des beaux-arts consacre une exposition au couple John Lennon-Yoko Ono, en évoquant son art, sa musique, son engagement politique et ses campagnes demarketing pour la paix. Quoi? Vous n'étiez pas au courant?

Musée des beaux-arts, 1379-1380, rue Sherbrooke Ouest, www.mbam.qc.ca

 

FAMILIAL

À l'abordage!

Le musée Pointe-à-Callière frappe un grand coup (de sabre) cet été avec l'expo Pirates, corsaires et flibustiers. Un bateau a été reproduit dans la salle principale, avec moult objets de la vie quotidienne des pirates, du sextant aux épées, en passant par les écuelles et quelques pièces d'or. Sans surprise, l'expo se veut largement familiale. Il y a même des bornes interactives sur le parcours, question d'amadouer les plus jeunes. Séduisant? Sûrement beaucoup plus que la vie de pirate, qui n'avait rien d'une croisière pour riches retraités. Hélas voici la seule expo payante de la journée

Musée Pointe-à-Callière, 350, Place Royale www.pacmusee.qc.ca

Photo: Robert Mailloux, La Presse

ORIGINAL

P'tite vite

Oubliez l'éloge de la lenteur. Le Centre canadien d'architecture présente depuis deux semaines une exposition fascinante sur le phénomène de la vitesse dans notre société malade mentale. Ce projet «multidimensionnel « dépasse évidemment le simple cadre de l'architecture pour explorer tous les aspects de notre vie quotidienne en accéléré, de la construction préfabriquée aux boissons énergisantes, en passant par l'obsession de la performance, l'aménagement fonctionnel des bureaux ou des cuisines et, bien sûr, la conduite automobile. Dépêchez-vous, l'expo dure jusqu'en octobre

Centre canadien d'architecture, 1920, rue Baile www.cca.qc.ca

Photo: Archives La Presse

MOUVEMENTÉ

Bien avant Walt Disney

On l'oublie trop souvent, mais la Cinémathèque est aussi un musée, avec ses expos permanentes ou non. On vous suggère tout particulièrement Formes en mouvement, consacrée à l'histoire du film d'animation, des premiers prototypes à l'animation numérique, en passant par l'âge d'or du dessin animé. Est-ce qu'on peut amener les enfants? Bien sûr. Il y a des dessins, des marionnettes, des extraits de «cartoons» et des hommages aux personnages célèbres nés de cet art. Est-ce qu'on peut y aller même si on est grand? Encore plus. On insiste aussi sur l'évolution des techniques et les différentes écoles du cinéma d'animation. Renseignez-vous sur le site de la Cinémathèque pour en savoir plus sur les autres expos en cours.

Cinémathèque québécoise 335, boulevard De Maisonneuve., www.cinematheque.qc.ca

CONTEMPORAIN

Désastreux

Beyrouth, Tchernobyl, La Nouvelle-Orléans Depuis 25 ans, le photographe d'origine montréalaise Robert Polidori immortalise les dommages causés par les désastres naturels, qu'il s'agisse de guerres, d'ouragans, d'explosions nucléaires, d'inondations ou du simple passage du temps sur le patrimoine bâti. Ce n'est pas toujours beau à voir, mais ça fait réfléchir. Polidori est un des quatre artistes de l'été au Musée d'art contemporain, avec Betty Goodwin, Christine Davis et Spring Hurlbut

Musée d'art contemporain, 185, rue Sainte-Catherine Ouest www.macm.org

HOUBLONNÉ

Boire l'Histoire

Il y a presque 100 ans disparaissait la brasserie Dawes (ne pas confondre avec Dow), fabricante de la mythique bière Black Horse. Photos et objets d'époque à l'appui, le Pavillon de l'entrepôt du Musée de Lachine présente une exposition sur cette aventure houblonnée, qui a duré de 1843 à 1912. Au cas où le poisson vous intéresse plus que la boisson, dirigez-vous dans la salle suivante, consacrée à l'art de la pêche à la ligne. Vous y apprendrez entre autres comment fabriquer vos propres mouches. Enfin, bouclez la visite au pavillon principal du musée, situé quelques coins de rue plus loin. Vous y verrez la maison LeBer-Lemoyne, le plus vieux bâtiment complet de l'île de Montréal, construit en 1669.

Musée de Lachine, Pavillon de l'entrepôt : 2901, rue Saint-Joseph à Lachine. Pavillon principal, 1, chemin du Musée.

NORDIQUE

Recevoir, à froid

Les Scandinaves, c'est bien connu, sont réputés pour leur grand sens de l'hospitalité. À tel point qu'un trio d'artistes contemporaines islandaises a décidé de consacrer une expo complète à ce concept venu du froid. Le trio s'appelle le Icelandic Love Corporation et l'expo, tout simplement, Hospitality. On pourrait vous parler de la «fusion du passé et du présent», du côté «ludique et artisanal» du projet ou de la «vision et de la compréhension abstraites du concept d'hospitalité», décrits sur le site de la Fonderie Darling. Mais bon. C'est de l'art actuel. Lemieux est d'aller voir sur place.

Fonderie Darling, 745, rue Ottawa, www.fonderiedarling.org

HISTORIQUE

O'yeah!

Vous aimez la bière et les pommes de terre? Vous trippez sur les gigues et les reels? Alors peut-être faites-vous partie des 400 000 Québécois qui affirment avoir du sang irlandais. L'exposition Irlandais O'Québec du musée McCord retrace 350 ans de présence irlandaise dans la Belle Province et explique, photos, objets et témoignages à l'appui, comment le «shamrock» (trèfle irlandais) a pu s'enraciner aussi profondément en terre québécoise. Au fait, saviez-vous que 10 ans avant le Canadien, Montréal comptait une équipe de hockey fondée par des Irlandais. Ils s'appelaient le Shamrock. Et ils ont gagné la coupe Stanley en 1899 et 1900.

Musée McCord 690, rue Sherbrooke Ouest, www.musee-mccord.qc.ca