Source ID:; App Source:

La Russie impériale dévoile ses tenues d'apparat à Londres

Le musée Victoria and Albert de Londres entrouvre à partir de mercredi les... (Photo: AFP)

Agrandir

Photo: AFP

Agence France-Presse
Londres

Le musée Victoria and Albert de Londres entrouvre à partir de mercredi les portes de la garde-robe des tsars de Russie et de leur cour, une exposition exceptionnelle regorgeant de luxe et de splendeurs.

L'exposition La splendeur des tsars, qui se déroule jusqu'au 29 mars, présente une collection de plus de 40 manteaux, habits d'apparat ou encore uniformes en vogue entre 1720 et la fin du 19e siècle à la cour de Russie, alors très influencée par la France.

«Ces habits ont survécu aux guerres et aux révolutions, c'est un miracle qu'ils existent toujours aujourd'hui», a déclaré mardi Svetlana A. Amelekhin, conservatrice de l'exposition, lors d'une présentation à la presse.

«Pour beaucoup d'entre eux, c'est la première fois qu'ils quittent la Russie», a-t-elle ajouté, précisant que certaines pièces provenant du Palais des Armures au Kremlin à Moscou ont été rénovées spécialement pour cette exposition.

«Ce sont des objets d'une importance historique exceptionnelle, provenant de l'un des plus grands musées du monde», a relevé Mark Jones, directeur du V&A, soulignant la «rare opportunité pour les Britanniques de voir les tenues spectaculaires portées par les tsars de la cour impériale de Russie, dont la plupart n'ont d'ailleurs jamais été exposées en Russie».

Le visiteur est accueilli par le manteau rehaussé d'or, de perles et de gemmes porté par le tsar Nicolas II lors du Bal Russe de 1903, un événement costumé historique car le dernier jamais organisé.

La pièce maîtresse de l'exposition est sans nul doute une traîne de brocard d'or de cinq mètres de longueur, bordée de la fourrure de près de 2700 hermines, portée pour son couronnement en 1896 par Nicolas II, dernier empereur de Russie. Elle pèse 13 kilos.

L'exposition, organisée en plusieurs vitrines chacune consacrée à un tsar différent, permet également d'admirer les manteaux de soie et d'argent du jeune empereur Pierre II, caractéristiques de l'influence de la mode occidentale sur la cour impériale au 18e siècle, et la facture des tailleurs français.

Un faste qui tranche avec les sobres tenues militaires portées pour leur couronnement par Paul 1er en 1797 et par Alexandre III en 1883.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer