(Montréal) À 50 ans, Ben Marc Diendéré devient mercredi, le premier homme noir à prendre la tête du Conseil des arts de Montréal (CAM). Par le fait même, il devient aussi l’un des rares représentants de la diversité à la tête d’un organisme de cette envergure au Canada.

Jessica Beauplat La Presse Canadienne

Quelques jours plus tôt, le nouveau président du CAM fêtait son 50e anniversaire. « Je suis sur un petit nuage en ce moment », confiait-il en entrevue téléphonique, lundi.

Le chef des affaires publiques et communications chez VIA Rail a occupé plusieurs postes de haute direction au cours de sa carrière, notamment chez Sollio Groupe Coopératif (anciennement La Coop fédérée), où il est resté dix ans, et chez Québecor.

C’est toutefois à la SODEC qu’il a décroché son premier emploi en sol québécois, et le principal intéressé affirme que d’aussi loin qu’il se souvienne, les arts ont souvent contribué à des moments d’éveils et servi de fil conducteur à différentes étapes de son parcours.

Arrivé au Québec à 25 ans, il a travaillé au département de recherche et de statistiques de la société gouvernementale après avoir complété une maîtrise à HEC Montréal. M. Diendéré détient également un diplôme de l’Université Sorbonne à Paris et une autre maîtrise en communication et sociologie de l’information de l’Université Ouagadougou au Burkina Fasso.

Bien connu du milieu des affaires et ayant œuvré dans plusieurs secteurs — télécommunications, transport, agroalimentaire, arts et culture — il siège au sein de plusieurs comités et a notamment lancé l’initiative Excellence Québec pour faire connaître au grand public de nouveaux visages issus des communautés culturelles, afin qu’ils soient appelés à siéger à des conseils d’administration.

Après deux mandats à titre d’administrateur au CAM, on lui a offert la présidence, proposition qu’il a acceptée avec joie. Selon lui, cette décision « témoigne du travail qui a été accompli » au cours des dernières années en ce qui concerne la direction que prend le Conseil pour favoriser la diversité au sein du corps décisionnel.

« Ça reflète le Montréal d’aujourd’hui », lance-t-il.

Sous le signe assumé de l’engagement et de l’inclusion, l’une de ses priorités sera de contribuer à relancer le secteur culturel de la métropole, particulièrement touché par la pandémie, en rapprochant les milieux des affaires et des arts.

Au cours de la dernière année, les demandes de soutien au Conseil des arts de Montréal ont augmenté de 66 %. En 2020, le bailleur de fonds a soutenu 674 artistes et organismes culturels.

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.