Au lendemain de la publication d’un rapport consternant sur les effets de la pandémie sur les arts vivants au Québec, le gouvernement Legault reconnaît que « la situation du milieu culturel est critique ». Il a détaillé mardi une aide financière de plus de quatre millions pour mousser la promotion de cinq secteurs en vue de la relance. L’opposition demande quant à elle la tenue d’audiences publiques sur la sortie de crise.

Publié le 16 mars 2021
Charles-Éric Blais-Poulin
Charles-Éric Blais-Poulin La Presse

Lundi, une enquête préparée par la Fédération nationale des communications et de la culture a mis en exergue la détresse psychologique et financière des artisans de la scène. Entre autres chiffres alarmants, 43,3 % des travailleurs sondés présentent des symptômes de dépression majeure. Presque la même proportion (41 %) envisage un changement de carrière.

« Nous sommes évidemment conscients que la situation du milieu culturel est critique, en raison de la pandémie, et nous sommes de tout cœur avec nos artistes et nos travailleurs culturels », a réagi par courriel Louis-Julien Dufresne, attaché de presse de Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications.

PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy.

Il souligne que le gouvernement Legault a annoncé 31 millions pour « rehausser l’accès aux services en santé mentale ». « D’ailleurs, la ministre Roy a octroyé des aides ponctuelles aux associations et regroupements culturels pour venir en aide à leurs membres à ce niveau », précise-t-il.

Les auteurs du rapport exigent davantage. Ils avancent trois solutions : des réformes législatives pour améliorer les conditions de vie socio-économiques des artistes, une révision des modèles de financement de la culture et l’injection de quelque 175 millions en aides directes aux artistes et aux institutions.

Entendre le milieu

Christine St-Pierre, porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture, juge les faits saillants du rapport « extrêmement préoccupants ». Elle demande la tenue d’audiences publiques en commission parlementaire « pour faire le point sur les perspectives d’avenir du milieu culturel québécois ».

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

La députée libérale Christine St-Pierre

Cette idée, appuyée par Québec solidaire, permettrait à la population d’« entendre publiquement le milieu culturel » et d’élaborer un « plan d’action à long terme », explique la députée libérale de l’Acadie. Mme St-Pierre rappelle que les consultations de « Montréal, métropole culturelle », en 2007, ont notamment mené à la création du Quartier des spectacles.

Le parti au pouvoir doit démontrer cette ouverture-là. C’est vraiment essentiel pour l’avenir du milieu culturel, l’avenir des créateurs et l’avenir de cette culture québécoise qui est l’épine dorsale de notre identité.

Christine St-Pierre, députée du Parti libéral du Québec

Selon Catherine Dorion, porte-parole de Québec solidaire en matière de culture, les conclusions du rapport renforcent l’impression que le secteur culturel est le parent pauvre des mesures économiques.

La députée de Taschereau juge particulièrement inquiétant le fait que presque un artiste sur deux envisage de quitter le métier. « C’est toute la société qui perd. Ce sont des gens s’en vont avec leur grande expertise, qui ne vont pas la passer au suivant, qui n’en feront pas profiter le public québécois. »

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

La députée de Québec solidaire, Catherine Dorion.

Faisant écho aux solutions du rapport, elle plaide pour davantage d’aides directes aux artistes, pour une vision « porteuse d’espoir » de la part de la ministre et pour un renforcement législatif de la sécurité d’emploi.

« On peut reconnaître, pour un pêcheur, que le chômage saisonnier est nécessaire. Pourquoi on ne peut pas reconnaître que la job d’artiste en est une particulière, spéciale ? Il y a une forme de chômage qui doit être reconnue, pour être capable de toffer d’un contrat à l’autre, d’une année très faste à une année moins faste. »

Quatre millions pour la promotion

Mardi matin, la ministre Roy a annoncé une aide de quelque quatre millions à cinq organisations culturelles : le Réseau indépendant des diffuseurs d’évènements artistiques unis, l’Association des propriétaires de cinémas et de cinéparcs du Québec, l’Association nationale des éditeurs de livres, l’Association des galeries d’art et la Société des musées du Québec.

Les sommes, qui doivent permettre l’élaboration de stratégies publicitaires, font partie d’une enveloppe de 13 millions destinée à la promotion de la culture québécoise. En outre, « le ministère de la Culture finalise une campagne promotionnelle afin d’encourager les Québécois à consommer des produits culturels québécois et à retourner en salles dès que la situation le permettra ».

François Legault pourrait annoncer des allègements en zone rouge en conférence de presse mardi soir. « Nous avons déjà annoncé la réouverture des salles de spectacles, en zone orange notamment, et d’autres annonces s’en viennent », assure le cabinet de la ministre Roy.