Avant de parler du méga coup de foudre entre Alex et David, qui a déclenché un déluge de larmes jeudi soir, seigneur, voici un scoop juteux sur L’amour est dans le pré.

Hugo Dumas
Hugo Dumas La Presse

Tout baigne actuellement pour les quatre agriculteurs hétérosexuels de la populaire téléréalité agro-sentimentale de Noovo. Julien, Martin, Marc-Antoine et Denis ont choisi leurs deux prétendantes préférées et s’apprêtent à les visiter dans leurs patelins respectifs. Mais la situation se dégradera pour un de ces quatre couples lors de l’escapade à Montréal, ce que personne n’aurait pu prédire, me rapporte une taupe bien branchée.

En effet, rendue au voyage final, une concurrente « flushera » son agriculteur, qui n’aura rien vu venir et qui se retrouvera le bec à l’eau. Woups. Noovo relaiera cet épisode croustillant le jeudi 1er avril à 20 h (non, il ne s’agit pas d’un poisson d’avril).

Ce genre de situation, où une candidate congédie l’agriculteur à la toute fin du processus, se produit très, très rarement à L’amour est dans le pré. Mais on a vu l’inverse l’an dernier, alors que le grand Philippe, un bon ami de Marc-Antoine, a rompu avec Jessica à Los Cabos, au Mexique.

Difficile de déterminer qui de Julien, Martin, Marc-Antoine ou Denis se fera donner son 4 %. Une impression ? Ce n’est pas Denis, 60 ans, notre champion des métaphores olympiques, qui finira l’aventure en solo. Le producteur de maïs de Neuville a l’air en amour par-dessus la tête avec Ève, l’adjointe administrative de 46 ans de Saint-Raymond.

Soyez attentifs aux petits signes d’irritation dans les relations du footballeur Marc-Antoine, du Viking Julien et du chromé Martin avec leurs soupirantes. Ça pourrait dégénérer. Ça va dégénérer.

CAPTURE D’ÉCRAN TIRÉE DE L’AMOUR EST DANS LE PRÉ

David et Alex, de l’amour est dans le pré

Maintenant, revenons à Alex et David, qui se sont déclaré leur amour sur le bord d’une rivière, dans une scène fort émouvante, qui a provoqué un torrent de commentaires positifs sur les réseaux sociaux.

« Pour la première fois de toute ma vie, j’ai l’impression de tomber amoureux. Pis ça ne m’est jamais arrivé », a commencé Alex, 30 ans, de Saint-Elzéar, le premier agriculteur gai de L’amour est dans le pré en neuf saisons.

Oui, les deux jeunes hommes aux yeux embués auraient pu se serrer dans leurs bras après ce moment hyper touchant. Les participants avaient droit à 15 minutes de rapprochements à moins d’un mètre par jour de tournage. Et oui, il y a un technicien qui chronométrait le temps de toutes les interactions sur les fermes.

Alex et David ont gardé leur étreinte pour la fin. C’est à ce moment que David, 27 ans, entrepreneur et stratège de Salaberry-de-Valleyfield, a craqué et versé quelques larmes lui aussi. Ils étaient beaux à voir.

Lors du dernier épisode (8 avril) de retrouvailles au manoir du lac William, Alex expliquera pourquoi il n’a pas serré David contre lui après la désormais célèbre scène de la rivière, qui a été tournée à la mi-septembre.

Après Marjorie et Cintia d’Occupation double : chez nous, Alex et David deviennent le deuxième couple gai à se former dans une téléréalité québécoise. Les mentalités évoluent. Enfin.

L’amour est dans le pré fait bonne figure au palmarès des cotes d’écoute. Jeudi, l’épisode d’Alex et David a été vu par 540 000 fans, pas loin derrière 1res fois (595 000) de Radio-Canada et Un zoo pas comme les autres (611 000) à TVA.

Saucette à la Star Ac

Il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir du country au Québec (n’est-ce pas, Yoan Garneau de La voix ?). Causant la surprise, c’est Guillaume Lafond, 25 ans, qui a remporté le vote du public, dimanche soir, lors du quatrième gala de Star Académie à TVA.

Adoubé par la reine Guylaine Tanguay et armé de sa guitare sèche, le beau bonhomme aux yeux bleus a repris I Will Always Love You, chanson écrite par Dolly Parton en 1973, que Whitney Houston a catapultée au sommet des palmarès au début des années 1990.

Une performance correcte de Guillaume Lafond, pas aussi épatante que celle de William Cloutier, 25 ans, sur You Are The Reason, de Calum Scott.

Ça m’étonne que William, protégé par les profs, n’ait pas été choisi par les téléspectateurs. La naissance de son deuxième fils en pleine émission de télévision, les vidéos touchantes de sa petite famille, tout ça favorise l’attachement.

Guillaume Lafond a assurément conservé sa place à Waterloo grâce à son très bon duo sur Shallow avec Véronic DiCaire. D’ailleurs, ce numéro avec l’imitatrice a été excellent du début à la fin. Elle chante en tabarouette, Véronic DiCaire. À quand un vrai album de chansons originales pour elle ?

PHOTO FOURNIE PAR TVA

Meghan Oak, 23 ans

C’est Meghan Oak, 23 ans, qui a bouclé ses valises. Sa chanson, Broken Vow, de la directrice Lara Fabian, était trop difficile pour elle. Pas de scandale de la voir partir.

Enfin, les académiciens ont chacun eu droit à des moments en tête à tête avec les artistes invités, ce qui leur permet de tellement plus briller. Bel ajustement. Bien aimé le doux passage de l’auteure-compositrice-interprète Pomme, dans une ambiance baroque.

Par contre, le pot-pourri familial avec Alicia Moffet, Ludovick Bourgeois, Sarahmée et Bleu Jeans Bleu n’avait aucune ligne directrice artistique claire. C’était confus, éparpillé.

Le segment de trop ? Celui d’Ariane Moffatt, revenue une deuxième fois, en fin de parcours, pour chanter son nouvel extrait Beauté. Pas nécessaire.

Encore beaucoup de problèmes techniques dans ce gala de 2 h 20 min. Il y avait des fautes dans l’identification des chansons à l’écran et des fautes dans l’appellation des gens qui parlaient à la caméra.

Il y a eu un retour de son dans l’entretien vidéo avec Pepe Munoz. La gestion des applaudissements « en canne » a été déficiente. Shayan a chanté dans le noir sur Miami, d’Ariane Moffatt, et Patrice Michaud a lui aussi animé dans la pénombre. Faut corriger ça avant que Star Académie perde son titre professionnel pour rétrograder à celui d’amateur.