Directrice générale du festival de courts métrages REGARD à Saguenay, Marie-Elaine Riou lançait la 24e présentation de l’évènement le 11 mars 2020, en soirée. Le lendemain, tout s’est écroulé.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

« Comme chaque année, la soirée d’ouverture du festival avait lieu le mercredi au théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, qui compte quelque 700 places. C’est la soirée dite 100 % régionale.

« Dans les jours précédents, j’avais cette impression d’avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Le festival South by Southwest, qui a lieu presque en même temps que le nôtre, était annulé. Mais nous ne sommes pas dans la même dimension.

« Au début de la semaine, j’ai eu le feu vert des instances gouvernementales pour aller de l’avant. Nous avions quand même relayé les consignes de base sur notre site internet. »

Mercredi, en arrivant au 5 à 7, je saluais les gens avec le coude, mais tout le monde me donnait des becs. Nous n’étions pas au même niveau d’inquiétude. Je me suis alors dit que je m’étais sans doute trop inquiétée.

Marie-Elaine Riou

« En coulisse, avant de faire les discours de bienvenue, le porte-parole Guillaume Lambert et moi avons échangé nos notes et constaté que nous avions chacun quelques blagues sur la COVID-19. Dans mon discours, je disais que nous étions chanceux de pouvoir aller de l’avant.

« Si le mercredi est le lancement régional, le jeudi est celui de la compétition à la salle François-Brassard de Jonquière. Plusieurs invités arrivent ce jour-là. Autour de midi, j’étais en déplacement pour aller chercher un adaptateur pour un invité européen. Ce dernier est arrivé avec une toux et je l’ai confiné à sa chambre d’hôtel sans qu’on me demande de le faire.

« Durant mon trajet, un membre du conseil d’administration qui avait écouté le point de presse de François Legault m’a appelé pour dire que les rassemblements de 250 personnes et plus étaient annulés. Un employé de la Ville m’a téléphoné pour la même raison. Nous étions sur le point de faire une première présentation scolaire à une école au complet. L’évènement a été annulé à la dernière minute. »

Et depuis ?

PHOTO MARIANE L. ST-GELAIS, ARCHIVES LE QUOTIDIEN

Marie-Elaine Riou le 10 mars 2020 dans son bureau. Deux jours plus tard, la 24e présentation de REGARD était annulée.

« Après le choc, nous avons voulu nous tourner vers la préparation du 25e anniversaire. Nous avons regardé ce qui se faisait ailleurs, avec des festivals en ligne, et avons convenu que nous voulions offrir l’évènement le plus “en présence” possible. Dès mai 2020, nous avons réservé des salles pour juin 2021 en nous disant qu’en déplaçant l’évènement, nous pourrions profiter de l’extérieur. »

« L’été 2020 nous a permis de développer notre expertise grâce à la création d’un évènement appelé L’After en plein air. Avec le festival musical La noce, nous avons créé quatre soirées de type ciné-parcs dans le stationnement du cégep de Chicoutimi. C’était une combinaison de projections de courts métrages québécois et internationaux et de performances musicales. Klô Pelgag, Jean-Michel Blais et Joël Martel sont venus chanter. Chaque soir, il y a eu une centaine de voitures. Des gens de la place. Tous ont convenu qu’en dépit de la distance à respecter, l’ambiance était très cool ! »

« Pour le 25e anniversaire, nous planifions donc un évènement en trois volets : en salles en respectant les consignes, en plein air avec au moins deux ciné-parcs et en ligne pour ceux ne pouvant se déplacer. Nous faisons le deuil d’accueillir des invités internationaux, mais il y aura du cinéma de partout. Nous avons reçu autant de soumissions que d’ordinaire, autour de 1500, et mes équipes ont vu plein de courts métrages sur les sites en ligne des festivals de cinéma. La programmation comptera de 100 à 125 films. »