Bonne nouvelle pour le milieu de la culture, l’heure du déconfinement graduel a sonné : les musées, les comptoirs de prêts des bibliothèques et les ciné-parcs du Québec pourront rouvrir graduellement à partir du 29 mai.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a annoncé le début du déconfinement de la culture vendredi à la Place des Arts, en présence de la vice-première ministre Geneviève Guilbault, qui a dirigé le point de presse du gouvernement.

« Nos quatre grands musées d’État, 96 institutions muséales, 16 musées à vocation scientifique et l’ensemble des bibliothèques publiques à la grandeur du Québec, de même que les ciné-parcs, pourront reprendre leurs activités à leur rythme à compter du vendredi 29 mai », a confirmé la ministre Roy.

La nouvelle a évidemment été bien accueillie par les institutions concernées, en particulier les musées, qui étaient les premiers pressentis à rouvrir. Un rapide (et partiel) tour d’horizon nous a toutefois permis de constater que tous ne rouvriront pas en même temps.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Dans les minutes qui ont suivi le point de presse, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) a annoncé qu’il rouvrirait ses portes seulement le 29 juin.

Dans les minutes qui ont suivi le point de presse, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) a annoncé qu’il rouvrirait ses portes seulement le 29 juin. Le pavillon Pierre-Lassonde sera le seul accessible dans un premier temps. On pourra y voir trois expositions de la collection nationale ainsi que l’exposition temporaire consacrée à Frida Kahlo et Diego Rivera, qui sera présentée jusqu’au 7 septembre.

De son côté, le Musée de la civilisation à Québec ouvrira ses portes le 20 juin, le temps de se conformer aux normes sanitaires de la CNESST.

« Nous sommes enthousiastes à l’idée de faire découvrir nos expositions à nos concitoyens qui ont bien besoin de rêver et d’être enchantés par des contenus ludiques et enrichissants », a écrit le président-directeur général Stéphan La Roche.

À Montréal, le Musée d’art contemporain compte rouvrir « en juin ». « Au MAC, nous serons prêts à accueillir les visiteurs très bientôt et nous annoncerons rapidement les détails de notre réouverture », a indiqué le conservateur et directeur général du musée John Zeppetelli. Idem pour le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) qui fera « une annonce complète prochainement », mais qui n’a pas encore de date de réouverture.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) fera « une annonce complète prochainement », mais n’a pas encore de date de réouverture.

« Ce qui est assuré, nous a écrit la responsable des médias au MBAM, Maude Béland, c’est que lors des premiers jours, les visiteurs auront accès à l’exposition Momies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés. Par la suite, nous présenterons la prochaine grande exposition : Paris au temps du postimpressionnisme : Signac et les Indépendants. »

Pointe-à-Callière ouvrira « dans quelques semaines », le temps de réintégrer les équipes et de mettre en place les nouvelles mesures décrétées par la CNESST, a fait savoir sa porte-parole Marie-Josée Robitaille. On sait déjà que l’exposition Les Incas… c’est le Pérou ! sera prolongée jusqu’au 4 octobre et que Dans la Chambre des merveilles demeurera à l’affiche.

Le musée McCord, lui, rouvrira le 23 juin, avec une programmation entièrement montréalaise, dont l’exposition Chapleau – Profession caricaturiste, qui s’amorcera ce jour-là.

Quant au Musée d’art de Joliette, dont l’ouverture est prévue le 9 juin, il accueillera les travailleurs de la santé et leurs enfants gratuitement les samedi 13 et dimanche 14 juin.

Ouverture partielle des bibliothèques

Dans les bibliothèques, les services de prêts de livres et de documents seront les seuls services de nouveau disponibles, a également annoncé la ministre Nathalie Roy. L’accès aux rayons demeurera interdit sauf pour le personnel autorisé, et ce, jusqu’à nouvel ordre. Les visiteurs ne pourront circuler que dans la zone des comptoirs de services.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

La bibliothèque Reginald-J.-P.-Dawson

La directrice générale de l’Association des bibliothèques publiques du Québec, Ève Lagacé, s’est réjouie de l’ouverture prochaine du réseau, qui attire en moyenne près de 30 millions d’usagers au Québec.

« Dans les circonstances, c’est une très bonne nouvelle », a-t-elle dit à La Presse, en précisant que l’annonce de vendredi répondait aux demandes et aux préoccupations des bibliothèques. « On va pouvoir enfin recommencer à servir la communauté dans nos lieux physiques, même si nos usagers ne pourront s’installer dans nos bibliothèques pour lire leurs journaux ou bouquiner. »

Pour éviter la transmission du virus, « les livres prêtés seront mis en quarantaine pendant 72 heures après avoir été récupérés », a précisé Mme Lagacé.

Feu vert aux ciné-parcs

Les ciné-parcs pourront aussi ouvrir à partir du 29 mai, alors qu’il avait d’abord été question de la mi-juin. Seules restrictions : les aires de jeu seront fermées, a décrété la ministre Roy. Pour la restauration, « seules les commandes à emporter seront permises », a-t-elle ajouté.

« Nous sommes surpris, mais on accueille l’annonce avec plaisir, indique André Monette, copropriétaire du ciné-parc Saint-Hilaire. On doit se revirer de bord rapidement. »

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Les ciné-parcs pourront aussi ouvrir à partir du 29 mai, alors qu’il avait d’abord été question de la mi-juin.

M. Monette ne croit pas que son ciné-parc pourra rouvrir le 29 mai tel que permis par le gouvernement. Il vise le 5 juin. « Il faut rouvrir l’eau, débarricader les lieux, engager et former le personnel », énumère-t-il. Il faudra aussi revoir la façon d’opérer avec les directives sanitaires de la Santé publique. Surtout qu’il y aura sans doute un flux important de visiteurs.

Les gens pourraient bien, en effet, se ruer vers les ciné-parcs. François Pradella, copropriétaire du ciné-parc Orford, ne s’attendait pas à ce que le gouvernement leur donne l’autorisation d’inaugurer leur saison estivale aussi vite. La date qui était dans l’air était le 19 juin. « C’est une bonne nouvelle, mais il faut passer en sixième vitesse. »

Studios d’enregistrement et captations le 1er juin

Autre bonne nouvelle, les studios d’enregistrement ont aussi reçu le feu vert de la Santé publique pour reprendre leurs activités. Il sera également possible de procéder à la captation de spectacles en salle sans public à compter du 1er juin. « Ceux qui s’engageront dans de telles activités devront, entre autres, s’assurer qu’il y ait une distance d’au moins deux mètres entre les personnes sur scène ou en studio et que l’équipe technique soit réduite à un maximum de cinq personnes », a énuméré Mme Roy.

Les autres secteurs du milieu culturel devront attendre. « Nous attendons le feu vert des autorités et les guides, entre autres, pour les arts de la scène, les salles de spectacle et les cinémas, de même que pour les tournages en télévision et au cinéma », a précisé la ministre Nathalie Roy.

« Manque de créativité »

La députée de Taschereau et responsable en matière de culture pour Québec solidaire, Catherine Dorion, a critiqué le manque de créativité et de liberté dans les mesures annoncées par le gouvernement.

« Si on autorise les gens à aller au musée, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas imaginer des spectacles avec public restreint ou en rotation. Dans une salle de spectacle aussi, on est capable de contrôler combien de gens entrent et sortent. Les artistes seront les meilleurs pour créer et être imaginatifs avec les contraintes du confinement », a-t-elle déclaré.

— Avec Émilie Côté et Éric Clément, La Presse