Beaucoup d’artistes ont embelli, égayé ou adouci notre année 2020. En voici quelques-uns…

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

2Frères

Le 22 avril, alors que tout était encore fermé, Erik et Sonny Caouette ont annoncé leur intention de faire une tournée des ciné-parcs pendant l’été. Une idée surprenante, mais qui a rapidement fait son chemin : un mois plus tard, des dizaines d’artistes, dont Marc Dupré, Guylaine Tanguay et Brigitte Boisjoli, étaient au programme de la tournée Musiparc, qui a présenté une centaine de spectacles dans cinq lieux, en plus de nombreuses autres initiatives du genre. Le populaire duo aura donc été le précurseur d’une idée rassembleuse, qui a permis d’entendre de la musique en direct pendant tout l’été.

Kim Thúy

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

L’écrivaine Kim Thúy

Pour la sortie de son nouveau livre Em, Kim Thúy, aidée de ses deux fils et de sa mère, a signé, étampé et brodé un fil rouge sur la couverture de rien de moins que 3500 exemplaires du roman, un ouvrage minutieux qui lui a demandé des jours et des nuits de travail. Les livres étaient ensuite simplement destinés au marché des librairies, et si ce cadeau témoigne du lien très fort qui unit l’autrice à son lectorat, la gratuité (et la folie !) du geste est si généreuse qu’on éprouve du réconfort juste de savoir qu’il a été fait.

Martha, Damien, Florence, Roch et les autres

On en a beaucoup parlé, mais il faut continuer de le dire : les Facebook Live du matin de Florence K, les spectacles de balcon de Martha Wainwright, les quelque 145 chansons du jour de Damien Robitaille, les clips minutieux des Silver Foxes de Roch Voisine, ainsi que tout plein d’autres initiatives, ont illuminé la pandémie. En cette fin d’année, la majorité des artistes s’est tournée vers les plateformes de diffusion payantes, question de gagner sa vie. Une manière de les remercier pour leur générosité des débuts est d’acheter des billets… en attendant la réouverture des salles et de leur témoigner notre reconnaissance « en présentiel ».

Daniel Bélanger

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Daniel Bélanger a régulièrement publié des dessins sur les réseaux sociaux cette année.

L’auteur-compositeur-interprète a sorti un joli album instrumental cet automne, mais c’est par ses dessins minimalistes qu’il nous a ravis. Publiés essentiellement sur Instagram, ils mettent en scène des bonshommes allumettes qui ressemblent étrangement à celui qui figure sur la pochette de son album Rêver mieux, et résument en quelques traits simples des situations liées à la pandémie. Après en avoir dessiné quelques dizaines au printemps, Daniel Bélanger a pris une longue pause, mais il est de retour depuis deux semaines avec ses petites œuvres toujours chargées de la même puissance d’évocation. Reposant, intelligent, humain, Daniel Bélanger peut toucher le cœur même sans chanter.

IMAGE TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM DE DANIEL BÉLANGER

C’est sur Instagram que Daniel Bélanger a publié l’essentiel de ses dessins minimalistes.

Lisa LeBlanc

Belinda, c’est l’alter ego de Lisa LeBlanc, et c’est probablement elle qui a été à l’origine de notre plus gros éclat de rire de l’année. Personnage né pendant les soirées de bingo virtuelles organisées durant la pandémie par la chanteuse et son amoureux, le guitariste Benoit Morier, Belinda, reine autoproclamée du bingo, a même lancé en juin un album disco de cinq chansons, ainsi que quelques clips psychotroniques à souhait. « Le rire, c’est ce qui a sauvé ma pandémie », nous avait confié Lisa LeBlanc en entrevue. Avec son humour absurde et sa folie contagieuse, Lisa LeBlanc a contribué à rendre la nôtre plus légère.

Yannick Nézet-Séguin

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Le chef d’orchestre Yannick Nézet-Séguin, avec son couvre-visage, juste avant le concert d’ouverture de l’Orchestre métropolitain, le 20 septembre dernier à la Maison symphonique

L’infatigable chef de l’Orchestre métropolitain a multiplié les projets pendant la pandémie. Enregistrements d’œuvres de Beethoven par l’OM à la salle Bourgie et sur le mont Royal, webdiffusion en direct de l’espace Yoop, participation au spectacle de la Saint-Jean, prestations sur Zoom… il a même accompagné au piano le danseur Guillaume Côté lors du Festival (virtuel) des arts de Saint-Sauveur. Porté par un optimisme indéfectible, Yannick Nézet-Séguin a fait preuve d’une capacité d’adaptation hors du commun tout en défendant l’importance de l’art et de la culture. Un véritable leader, aussi rassembleur que chaleureux.

France Beaudoin

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK D’EN DIRECT DE L’UNIVERS

France Beaudoin en compagnie du dernier invité de la saison, Guy Jodoin

Comme animatrice et productrice, France Beaudoin s’est beaucoup activée toute l’année. Au début de la pandémie, elle a d’abord livré des « commandes culturelles », soit des prestations d’artistes, à des gens en confinement. Puis elle a décidé de faire un En direct de l’univers pour la fête des Mères, avec autant le désir de donner du travail à son équipe que d’offrir un cadeau au public. Un exercice périlleux, mais réussi, qui a ouvert la voie au milieu de la télé qui reprenait peu à peu ses activités. L’émission a été réalisée tout l’automne en respectant les mesures sanitaires, mais sans sacrifier la qualité des prestations, véritable miracle hebdomadaire et distillateur d’émotions.

Les humoristes

Les humoristes sont tellement nombreux à s’être servis des réseaux sociaux qu’on ne peut pas tous les nommer. Mais on n’oubliera pas les tirades de Louis-Josée Houde en direct de sa salle de bains, la folie amplifiée de Rachid Badouri et de sa famille sur TikTok, les mises en scène élaborées de Stéphane Rousseau, les perruques d’Arnaud Soly, les projets ambitieux de Rosalie Vaillancourt (dont une comédie musicale) et les heures d’animation en direct de Mathieu Dufour. Les humoristes québécois se sont donnés corps et âme pour nous divertir (et probablement pour se désennuyer un peu), et leur présence constante a contribué à combattre la déprime pandémique…