Si on exclut la dispersion des trophées Artis dans le magazine Sucré salé, Radio-Canada proposera dimanche à 20 h le premier vrai gala en temps de pandémie, celui des Gémeaux, qui célèbre le meilleur de la télévision québécoise.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Dans le public « distancié » du studio 42, vous ne verrez qu’une centaine de finalistes, qui espéreront repartir avec l’une des 16 statuettes remises en direct par l’animatrice Véronique Cloutier. Pas de tapis rouge ni de grand numéro flamboyant de variétés (sauf celui préenregistré), la sobriété et la prudence envelopperont cette fête de deux heures.

Et qui récoltera les grands honneurs ? Regardons ça à la loupe. Premier fait étonnant : plusieurs des séries nommées plus de 10 fois, dont Fragile et C’est comme ça que je t’aime, n’ont été exposées que cette semaine au grand public qui ne souscrit pas à l’Extra de Tou.tv.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Juliette Gosselin et Pier-Luc Funk dans Fragile

Pour La faille du Club illico, la diffusion sur TVA ne débutera qu’à la mi-octobre. Manifestement, ce 35Gala des Gémeaux cimente le pouvoir grandissant des plateformes numériques payantes, qui grignoteront davantage notre budget dans les saisons à venir. Il faudra s’y faire.

Aux États-Unis, cette offre dite « premium » est délirante : Netflix, HBO Max, Amazon Prime Video, CBS All Access, Hulu, Apple TV+, Disney+, alouette, qui a les moyens de s’offrir tout ça ?

Mais retournons à nos Gémeaux, où le prestigieux prix de la meilleure série dramatique reviendra, je le prédis, à Fragile, de Serge Boucher. Il n’y a rien qui cloche dans ce superbe suspense psychologique : acteurs incroyables, textes sensibles, réalisation inspirée, scènes d’hiver magnifiques et un important revirement qui renverse le récit.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Monia Chokri et Marc-André Grondin dans Fragile

L’auteur Serge Boucher est – avec raison – un chouchou de l’Académie. Ses œuvres précédentes (Aveux, Apparences et Feux) ont toutes remporté le trophée de la meilleure série dramatique. Cette séquence victorieuse ne s’arrêtera pas dimanche.

Probablement que C’est comme ça que je t’aime a terminé deuxième au palmarès, suivi de près par La faille, une minisérie policière bourrée de qualités. Alerte Amber et Faits divers 3, les deux autres finalistes, n’ont pratiquement aucune chance de briller ici.

Ce 35e Gala des Gémeaux oppose des compétiteurs de haut niveau. L’une des meilleures cuvées des 20 dernières années, je dirais. Pour que des titres prestigieux comme Victor Lessard, Les pays d’en haut ou Mon fils soient quasiment relégués à des rôles de figurants, c’est que le calibre est fort en tabarouette.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Michel Charette et Gildor Roy dans District 31

En téléroman, la bande de District 31 – salut, les chums ! – éclipsera Toute la vie, Une autre histoire, L’échappée et L’heure bleue. Étrangement, 5e Rang, qui a pris du galon, a été exclu de ce quintette doré. Phénomène de société, le feuilleton policier de Radio-Canada rallie autant les critiques que le public. Victoire assurée, 10-4.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Michel Charette et Gildor Roy dans District 31

D’ailleurs, de nombreux membres de la distribution de District 31 courent dans ce concours, dont Michel Charette (le SD Bruno Gagné), Gildor Roy (le commandant Chiasson) et Vincent-Guillaume Otis (le SD Patrick Bissonnette). Avantage Bruno Gagné, que la Riopelle n’a pas ménagé.

Il n’y aurait rien de surprenant à ce que Catherine Proulx-Lemay (SD Florence Guindon) fasse aussi des remerciements au micro. Marina Orsini (Une autre histoire) et Maude Guérin (5e Rang) risquent de lui barrer la route, cependant.

Prédiction facile pour les comédies : statuette pour Lâcher prise et ses délicieuses répliques acérées. C’est dommage pour Léo (très bon), En tout cas (bof), Discussions avec mes parents (moyen) et Trop (feelgood parfait).

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Sophie Cadieux brille dans Lâcher prise.

C’est inexplicable que Sylvie Léonard, alias la cinglante Madeleine dans Lâcher prise, n’ait même pas été retenue parmi les cinq actrices comiques finalistes. Heureusement, sa collègue Sophie Cadieux remportera la récompense et réparera, en partie, cette injustice.

Chez les hommes drôles, ça se jouera entre Guy Nadon (La Maison-Bleue) et Fabien Cloutier (Léo), le gagnant de l’an passé. Je mise sur Guy Nadon, l’un des comédiens les plus polyvalents du showbiz – et hilarant dans la peau du président de la République du Québec.

Bouleversant dans Fragile, Marc-André Grondin file vers le sacre du meilleur acteur en dramatique, mais ne négligeons pas l’épatant Antoine L’Écuyer de Mon fils, Stéphane Demers de Faits divers 3 et Vincent Leclerc, le Séraphin des Pays d’en haut.

Chez les femmes, énorme coup de cœur pour la performance étincelante de Marilyn Castonguay dans C’est comme ça que je t’aime, où elle incarne l’explosive Huguette Delisle. Ève Landry et Florence Longpré de M’entends-tu ? apparaissent aussi dans cette catégorie relevée, tout comme Isabel Richer (La faille) et Élise Guilbault (Mon fils).

PHOTO FOURNIE PAR V GROUPE MEDIA

Sixième saison de L’amour est dans le pré

À l’animation d’une téléréalité, Marie-Ève Janvier de L’amour est dans le pré pourrait répéter son exploit de 2019. Je souhaite tout de même que l’apport original et rafraîchissant de Jay Du Temple à Occupation double soit reconnu.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

Jean-Philippe Dion anime La vraie nature à TVA.

Du côté des émissions d’entrevues et talk-show, trois favoris émergent : La vraie nature de Jean-Philippe Dion (gagnant du Gémeaux de 2019), Rétroviseur de Véronique Cloutier et Tout le monde en parle de Guy A. Lepage et Dany Turcotte. Pour la beauté du décor, la précision de la recherche, le souci du détail et les confessions inédites, j’y vais avec La vraie nature de TVA.

Parenthèse : c’est quand même bizarre que Phil s’invite de Noovo finisse dans le top 5 des meilleurs talk-shows, mais pas La semaine des 4 Julie. Passons.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

France Beaudoin anime En direct de l’univers à Radio-Canada.

À la barre d’une émission de variétés, trois autres meneurs se détachent, soit Véronique Cloutier (1res fois), France Beaudoin (En direct de l’univers) et Louis-José Houde (gala de l’ADISQ). Couronnée l’an dernier, France Beaudoin a connu une année exceptionnelle qui se poursuivra dimanche soir.

Mais peu importe qui moissonne ou mord la poussière dimanche, on pourra se dire que ces artisans du petit écran nous auront fabriqué une année de télé formidable. C’est tout ce qui compte, au-delà des paillettes et du strass.