Les ondes montréalaises hébergent désormais une nouvelle station de radio de musique populaire, WKND 99,5, lancée lundi dernier. Si les chaînes à vocation musicale ne manquent pas, WKND fait le pari d’amener une « nouvelle philosophie » dans le paysage radiophonique montréalais, en misant sur un lien fort avec les auditeurs, une programmation musicale permettant les découvertes ainsi qu’une ouverture à toujours évoluer pour mieux répondre à la demande.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Steven Croatto, directeur de la programmation de WKND, ne compte plus le nombre de fois où on lui a demandé pourquoi Montréal aurait besoin d’une autre station de musique pop. Il faut dire que l’offre en la matière ne manque pas sur les ondes FM !

On arrive avec une autre philosophie de radio. On a une proposition beaucoup plus authentique, plus organique dans son approche. On se fait un point d’honneur d’écouter nos auditeurs, de faire une grande place à leurs choix, leurs suggestions, leurs commentaires.

Steven Croatto, directeur de la programmation de WKND

Sa réponse ne se fait pas attendre, ses arguments sont prêts. Et pour cause, il a également dû justifier l’arrivée de WKND sur les ondes de la ville de Québec, en 2012. Les sceptiques de l’époque ne peuvent aujourd’hui que se raviser, puisque la station est un succès et se classe même au sommet du palmarès des chaînes les plus écoutées par les auditeurs de 25 à 54 ans, une tranche d’âge que les diffuseurs s’arrachent.

WKND 99,5, propriété de l’entreprise familiale Leclerc Communication, veut s’implanter dans la métropole sur les mêmes bases qu’à Québec. En restant « une petite radio musicale sympathique » et en « faisant les choses différemment, avec une sélection musicale vaste et audacieuse, loin du côté aseptisé et conventionnel des radios traditionnelles ».

Leclerc Communication et WKND, dit Steven Croatto, veulent ainsi se placer à l’opposé du grand « duopole » de la radio populaire, ses principaux concurrents, les géants Bell (Rouge FM, Énergie) et Cogeco (Rythme FM, CKOI).

La proximité avec l’auditoire

Pour percer un marché étanche, WKND misera donc sur l’impact direct des auditeurs sur ses choix. « On joue différents styles de musique, qui vont plaire aux gens avides de découvertes et de nouveauté », affirme Steven Croatto.

On dit que la radio est le média de la proximité. Et alors que la radio se bat pour maintenir ses acquis face aux nouvelles technologies depuis plusieurs années, il croit que sa meilleure carte est dans l’« aspect de communauté ». « Alors la proximité avec notre auditoire, c’est notre raison d’être, dit Steven Croatto. On veut parler aux gens. »

Pour entretenir ce lien avec l’auditeur, les animateurs et collaborateurs seront essentiels. « Ce qui a déterminé le succès de nos émissions à Québec, c’est la chimie d’équipe, estime Steven Croatto. On a cherché pour Montréal à trouver des gens qui avaient une belle chimie, une belle dynamique, une énergie contagieuse. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LAPRESSE

L’animatrice Anne-Marie Withenshaw

L’animatrice Anne-Marie Withenshaw est l’une des têtes d’affiche de cette nouvelle station. Avec Alexandre Despatie, elle animera l’émission du retour, L’aprèm WKND. Elle aussi nous vante l’harmonie et l’énergie au sein de son équipe, à laquelle s’ajoutent le journaliste Julien Poirier-Malo et la recherchiste Maude Saulnier. « On est super à l’aise, on n’est pas compliqués et on rigole beaucoup ensemble », dit Anne-Marie Withenshaw.

Avec leur émission « hybride, 50 % musicale et 50 % parlée », l’équipe abordera l’actualité, tout en tentant « de s’amuser et d’amener du réconfort dans le quotidien des gens ». Le traditionnel « retour à la maison » n’est plus ce qu’il était ces temps-ci et l’émission s’adressera tant aux auditeurs dans leur voiture qu’à ceux « qui ne sont pas sortis de la maison ».

Anne-Marie Withenshaw a été pressentie pour ce projet d’un WKND montréalais il y a plus de deux ans.

Je ne les connaissais pas beaucoup, alors j’ai commencé à les écouter et je me suis d’abord rendu compte à quel point la musique est super bonne. Leur philosophie m’a beaucoup plu, ça m’a rappelé mes débuts à Musique Plus, avec la passion pour la musique, l’écoute de l’auditeur.

Anne-Marie Withenshaw

Un vaste champ des possibles

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

L’animatrice Mélanie Maynard

La comédienne et animatrice Mélanie Maynard, qui anime avec Étienne Boulay l’émission matinale On part ça d’même !, a eu un « coup de foudre professionnel » lorsqu’elle a rencontré l’équipe de WKND et qu’ils ont discuté de la vision de la station.

Après une rupture abrupte avec Rouge FM, où elle a animé pendant quatre années, elle voit cette nouvelle occasion comme une sorte de signe de la vie. « Je pense que la vie nous met à la bonne place au bon moment, dit-elle. [Ce poste] vient me donner une grande fenêtre ouverte sur une possibilité de continuer dans un média que j’adore, mais en plus de la façon dont j’ai envie de le faire. »

Le fait que ce soit une jeune entreprise fait qu’ils ne sont pas croûtés dans les habitudes. Ils représentent un électron libre dans l’univers médiatique et ça m’a séduite, parce que je suis indépendante de nature.

Mélanie Maynard

WKND 99,5 peut jouer entre deux chansons hyper populaires de la musique que l’on n’entend pas ailleurs, par exemple. Et la musique émergente a une bonne place dans sa programmation musicale, selon Steven Croatto. L’émission quotidienne de Gregory Charles, 100 % Greg, se penchera d’ailleurs sur la scène culturelle locale et permettra plusieurs découvertes. Celui qui a cédé son antenne Radio-Classique à WKND garde ainsi un siège sur la fréquence.

Si le public souhaite entendre plus d’un genre en particulier, tout est possible, dit Steven Croatto, qui vante, tout comme Mélanie Maynard, une marge de manœuvre que d’autres stations n’ont pas.

Steven Croatto cite l’exemple de la station sœur à Québec, qui a répondu à la forte demande de musique new country en créant une nouvelle émission spécialisée, qui est maintenant devenue un rendez-vous quotidien pour les auditeurs amateurs de ce genre. « La station à Montréal va au fil du temps avoir sa propre identité, sa propre sélection musicale. Elle va évoluer pour et par les gens de Montréal. On se veut au diapason des Montréalais. »

Puisque Montréal est un marché unique, « on arrive avec notre marque, mais également la plus grande ouverture », dit Steven Croatto.