Jesse Wente, membre de la Première Nation anichinabée de Serpent River, en Ontario, a été nommé mardi président du conseil d’administration du Conseil des arts du Canada. Déjà membre du C.A. depuis 2017, il devient le premier autochtone à occuper ce poste dans l’histoire de cet organisme public de soutien aux arts.

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Originaire de Toronto, Jesse Wente œuvre depuis plus de 20 ans dans le milieu des médias et des communications, à la fois comme auteur, communicateur et chef de file du domaine des arts issu de la Nation anishinaabe. Principalement reconnu pour avoir été chroniqueur durant 24 ans à l’émission Metro Morning de la CBC Radio, il a aussi travaillé au Festival international du film de Toronto, dont sept ans à la direction de la programmation du TIFF Bell Lightbox.

Ardent défenseur des droits des Autochtones ainsi que de l’art des Premières Nations, des Métis et des Inuits, M. Wente a été conférencier au Forum international des peuples autochtones, au Smithsonian’s National Museum of the American Indian, au Sommet canadien des arts, au Sommet des Amériques sur la culture, et dans de nombreux collèges et universités.

« Sa connaissance approfondie du cinéma, des médias et de la culture populaire et son discours critique qui met en évidence le rôle des voix sous-représentées dans l’évolution des arts et de la culture constituaient déjà un apport inestimable à la gouvernance du Conseil », a commenté le directeur du Conseil des arts du Canada, Simon Brault dans un communiqué. À ses yeux, la nomination de Jesse Wente à la présidence du conseil d’administration de la société d’État est « un événement d’importance historique pour le Canada ».

Jesse Wente entre en poste au conseil d’administration du Conseil des arts dès maintenant, et ce, pour un mandat de cinq ans.