Les lieux de diffusion, incluant les salles de spectacles, les théâtres ou les cinémas, pourraient rouvrir avant le 24 juin « selon des modalités particulières, notamment avec un nombre de spectateurs réduit afin d’assurer la sécurité tant des artistes que du public », a indiqué lundi la ministre de la Culture et des Communications Nathalie Roy en présence du premier ministre François Legault.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

Des précisions seront données dans les prochains jours et feront l’objet d’une autre annonce, a fait savoir la ministre, mais, a-t-elle précisé, « on est confiant de pouvoir rouvrir les lieux de diffusion avant la fête nationale, du moins c’est ce qu’on espère. Avec combien de spectateurs ? Je l’ignore, la Santé publique nous dira ça, mais tous les détails seront annoncés prochainement. »

Selon nos informations, le guide de conformité des arts de la scène avec les normes de la CNESST sera finalisé jeudi.

Mme Roy a annoncé un plan de relance de la culture de 400 millions, dont 250 millions « d’argent neuf ». Des sommes qui seront gérées par la SODEC, le CALQ et le ministère de la Culture « qui procèdera par «appel à projets». Tous les détails se trouvent sur le site du ministère de la Culture et des Communications.

« L’annonce que nous faisons aujourd’hui donnera, je l’espère, de l’espoir aux artistes du milieu culturel, de toutes disciplines confondues pour qu’ils se mettent à créer, pour qu’ils puissent recommencer à travailler dès maintenant, a plaidé la ministre. La pandémie a tout arrêté, alors on peut parler d’un nouveau départ.

Postulez, l’argent est là pour vous payer pour créer !

Nathalie Roy, ministre de la Culture

La ministre Roy a invité les artistes à « créer des contenus innovants ». « Les artistes doivent s’adapter à de nouvelles réalités et faire les choses différemment pour entrer en contact avec le public, on n’a pas le choix, c’est la COVID qui l’exige. Mais s’il y a des gens qui ont toute la créativité nécessaire pour y arriver, pour relever ce nouveau défi, ce sont bien les artistes. »

Le Dr Arruda en a profité pour rendre hommage aux artistes, qu’il a qualifiés de « modèle pour la société » et même de « service essentiel ».

« L’art fait partie de la vie, soigne l’âme, que ce soit en musique, en danse, en théâtre, en humour, vous êtes un service essentiel, mais qui a dû passer en séquence derrière d’autres questions de survie. Mais je suis content de voir que les chiffres vont bien, même s’il faut continuer à respecter les consignes, mais on travaille très fort pour être capable de réinventer une façon de faire. »

Les grands axes du plan de relance du Ministère sont : la production cinématographique et télévisuelle (91,5 millions) ; les entreprises et organismes culturels (71,9 millions) ; les arts de la scène (50,9 millions) ; la musique (33,5 millions) ; les projets numériques (14 millions) ; les artistes et les écrivains 6,5 millions ; les aides financières existantes pour relancer les festivals et événements artistiques et culturels (5,9 millions) ; la promotion de la culture québécoise et des projets de grande envergure (13 millions) ; les projets immobiliers et d’acquisitions de matériel (2,2 millions).

Reprise des tournages le 8 juin

La ministre Roy a aussi annoncé la reprise des activités du secteur de la production audiovisuelle à compter du 8 juin, « en tenant compte de mesures spécifiques émises par la santé publique ».

« L’ensemble des activités de tournage, incluant les activités de préproduction et de postproduction, et ce, peu importe le type de production (variétés, dramatique, film, documentaire, etc.) reprendra au cours des prochains jours », a-t-elle fait savoir.

La présidente de l’Union des artistes Sophie Prégent a reconnu que tous les producteurs ne pourraient reprendre le tournage de leurs projets dans le contexte actuel (avec les normes sanitaires de la CNESST) et qu’aucun d’entre eux n’était assuré contre la COVID-10.

« Il n’y a aucune compagnie d’assurance dans le monde qui assure pour la COVID. Le producteur qui décide de tourner le fait en toute connaissance de cause, l’imputabilité lui revient donc. »

Malgré cela, elle considère que le gouvernement répond de façon générale aux attentes du secteur des arts de la scène. « Le secteur des arts de la scène s’est insurgé la semaine dernière, avec raison, on attendait des réponses qui tardaient à venir, il y avait un cri du cœur, mais je comprends aussi que ce qu’on vit c’est du jamais vu. On a décidé d’attendre, d’attendre, mais aujourd’hui, je sens que c’est une pression qu’on enlève. »

Fin de la PCU

De nombreux artistes contractuels qui bénéficient de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) recevront leurs derniers paiements du gouvernement fédéral en juillet. Est-ce que les artistes recevront une forme d’aide additionnelle pour compenser leurs pertes de contrats ? La question a été posée à la ministre Roy par une collègue journaliste.

« Il y aura un fonds d’urgence géré par la guilde et l’UDA pour les situations d’extrêmes urgences, a répondu la ministre, mais le plan de relance vise à faire travailler les artistes a répondu la ministre. L’idée est de leur permettre de créer, ce sera ça la rémunération. »

Nézet-Séguin encouragé

Le chef de l’Orchestre Métropolitain, Yannick Nézet-Séguin, s’est dit encouragé par cet «excellent premier pas», même s’il reconnaît que le plan de relance n’est pas parfait.

« Un organisme comme l’OM va pouvoir immédiatement déposer des demandes pour des projets qui pourront avoir lieu cet été. Nous, en théorie, tout notre été était annulé, mais là on des projets avec distanciation physique, numérique et sur scène en respectant les guides de normes sanitaires de la CNESST, donc c’est encourageant pour le milieu culturel. Ça ne compensera pas pour ce qui a été annulé au printemps, mais là, au moins on va pouvoir faire travailler nos musiciens cet été. »