• Accueil > 
  • Arts 
  • Histoires extraordinaires d'Hospitalières: un devoir de mémoire 
Source ID:7e31e47933943692a2a5c68ea7048f83; App Source:StoryBuilder

Histoires extraordinaires d'Hospitalières: un devoir de mémoire

Les comédiennes Catherine Renaud et Sylvie Potvin en... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Les comédiennes Catherine Renaud et Sylvie Potvin en compagnie du réalisateur André Waquant dans les jardins des Hospitalières

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Sophie Desmarais, Catherine Renaud, Sylvie Potvin et neuf autres comédiennes prêtent leur voix à autant de pionnières des Hospitalières de l'Hôtel-Dieu de Montréal dans une websérie où les actes quotidiens de ces femmes transcendent la mission générale de la communauté.

« Le but est de raconter les petites histoires des membres à travers la grande histoire de la congrégation, résume André Waquant, scénariste, réalisateur et producteur de cette série de douze capsules vidéo de cinq à six minutes chacune. Il y a un devoir de reconnaissance et de mémoire envers ces religieuses. Mais il y a aussi une volonté de transmettre leur action citoyenne, de faire connaître leur empathie. »

M. Waquant a consacré cinq ans de travail à créer cette série qu'on peut maintenant voir à l'adresse hospitalieres.tv. Chaque capsule est construite autour de trois éléments : une membre de la communauté, le résumé d'une de ses actions et son témoignage exprimé à travers la voix d'une des comédiennes.

Dans la capsule numéro 8, par exemple, Sophie Desmarais raconte le destin de soeur Marie-Claire qui, à 22 ans, a quitté le Québec pour le Bénin, en Afrique. Un soir, avec l'aide d'un prêtre, elle a sauvé une jeune femme, Fatou, et son bébé d'un accouchement très difficile où leurs vies étaient en danger.

« Lorsqu'on m'a proposé ce projet, j'ai repensé à ma participation, en 2017, au Festival international de la littérature où je lisais des textes de l'écrivaine biélorusse Svetlana Alexievitch. Elle a écrit sur des soldates russes dont on n'entend jamais parler, dit-elle. J'avais été fascinée par le fait qu'on raconte uniquement l'histoire d'un point de vue masculin. » 

« Au-delà des croyances et des dogmes, le fait d'avoir un dialogue avec des femmes qui ont fait des choses et se sont inscrites dans le monde, comme c'est le cas ici, me plaît. C'est un projet sans prétention, authentique et tout simple. »

« C'est important et c'est inspirant de le faire, dit de son côté Catherine Renaud. Moi et les gens de ma génération sommes un peu détachés de la religion et de son histoire. Je n'avais pas vraiment conscience comment ces femmes ont eu un impact dans nos vies. »

« Leurs histoires touchent à la bienveillance et à la bonté », ajoute Sylvie Potvin.

La congrégation des Hospitalières de Saint-Joseph, de son vrai nom, a été fondée en 1636 à La Flèche, en France. En 1659, quelques-unes d'entre elles arrivent à Montréal pour travailler à l'Hôtel-Dieu, fondé par Jeanne Mance. Non seulement seront-elles à la tête de cette institution durant des siècles, mais elles iront aussi faire oeuvre utile partout dans le monde.

Outre les trois comédiennes déjà nommées, la série présente des témoignages d'Hospitalières à travers les voix de Pascale Bussières, Louise Turcot, Monique Miller, Macha Limonchik, Ève Landry, Sophie Faucher, Ariane Castellanos, Isabelle Vincent (ici, Jeanne Mance) et Micheline Lanctôt.

En 1996, l'Hôtel-Dieu a été intégré au CHUM. En 2017, la congrégation a cédé tous ses bâtiments patrimoniaux à la Ville de Montréal. Et à l'heure actuelle, on compte quelque 160 religieuses Hospitalières dans le monde, dont une vingtaine à Montréal, et 350 laïcs associés.

http://hospitalieres.tv/




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer