Jusqu’à demain, le Palais des congrès de Montréal accueille une foule hétéroclite. Environ 60 000 visiteurs sont attendus au 11Comiccon de Montréal et la plupart seront costumés au gré de leur fantaisie. Qui répondra à l’appel ? Des passionnés de tous genres de films ou de comics (superhéros, science-fiction, horreur, Disney) et des adeptes de sports de combat et de jeux vidéo, qui font tous partie de la culture populaire. Les mordus ont déjà réservé le moment où ils se feront prendre en photo avec certaines des personnalités qui seront présentes pendant le week-end. Leur horaire est planifié. Que la fête commence !

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Dominique Thornhill (princesse Jasmine), Melissane Tessier (Ursula), Jay Gardiner (un mélange du méchant Scarecrow et d’un personnage d’Assassin’s Creed) et Gary Raiche (Spider-Man dans Avengers : Infinity War) ont prévu ce qu’ils porteraient chaque jour du Comiccon de Montréal. « C’est le plus gros pour nous, indique Melissane, qui participe à différents salons du genre avec ses amis. [Demain], nous serons une dizaine à personnifier différents professeurs des films de Harry Potter. » Se fera-t-elle photographier avec James et Oliver Phelps, qui ont incarné les jumeaux Weasley dans cette franchise ? Elle hésite. Elle a réservé une bonne part de son budget aux photos avec Lana Parrilla (Once Upon a Time) et Robert Sheehan (The Umbrella Academy). Ils assisteront tous les quatre à la mascarade, ce soir, pour admirer ceux qui prendront part au concours.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Dominique Thornhill, Melissane Tessier, Jay Gardiner et Gary Raiche

L’homme fort Lou Ferrigno, l’incroyable Hulk de la série télévisée de la fin des années 70, en est à sa quatrième visite. Il a vu le Comiccon de Montréal grandir et en tire une certaine fierté, puisqu’il était l’une des trois têtes d’affiche lors de sa première édition, en 2008. « Les gens aiment être en contact avec les célébrités », constate l’acteur, qui apparaîtra sous peu dans quatre films et participe à plusieurs salons chaque année. Il transmet un message de persévérance et de confiance en soi. Malentendant, il a été intimidé dans sa jeunesse et a travaillé fort pour réussir. « Il faut surmonter ses peurs et faire face aux défis, dit-il. Il faut être la meilleure personne qu’on puisse être. Le reste suivra. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Lou Ferrigno, l’incroyable Hulk de la série télévisée de la fin des années 70

Les cousins Nick Alexandres et Jim Roumeliotis n’ont jamais raté une édition du Comiccon de Montréal. Ils viennent pour les comics et les vedettes, comme William Shatner, mais ils aiment aussi essayer de nouveaux jeux vidéo. « Il y a quelque chose pour tout le monde », indique M. Alexandres. Le Comiccon évolue, fait remarquer Elizabeth Jutras, cofondatrice du salon organisé par Major Comics, propriétaire des magasins 1,000,000 Comix (rue Pierce) et Millenium Comics (sur le Plateau). « Les jeux vidéo prennent de plus en plus d’ampleur, constate-t-elle. Ils sont très populaires. » Depuis le début, ses partenaires et elle travaillent fort pour intégrer des activités en français et recevoir quelques célébrités francophones, précise-t-elle. Georges St-Pierre est d’ailleurs l’un des invités d’honneur cette année.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Nick Alexandres et Jim Roumeliotis aiment pouvoir essayer de nouveaux jeux vidéo. 

Kelly Ladd, qui serre la main à l’ancien hockeyeur Steve Bégin, et Claudia Pompeo en sont à leur 10salon. « La seule raison pour laquelle on a manqué le premier, c’est qu’on n’était pas au courant, souligne Mme Ladd. C’est toujours le fun. Les gens se costument, on rencontre des vedettes, on se fait des nouveaux amis. » Mme Pompeo, qui travaille six jours sur sept dans sa friperie, à Bedford, prend toujours congé les trois jours du Comiccon. « J’y suis heureuse », révèle-t-elle. Qu’y faisait l’ancien joueur du Canadien de Montréal, hier ? Le CH est devenu partenaire de l’exposition cette année et y a un kiosque. « Le sport fait partie de la culture populaire et prend aussi de l’expansion, explique Elizabeth Jutras. Cela s’intègre très bien. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Claudia Pompeo et Kelly Ladd ont rencontré l’ancien joueur de hockey Steve Bégin.

Le Comiccon de Montréal attire une clientèle variée de tous les âges. Catherine Girard, déguisée en Wonder Woman, et Francis Boutin, qui s’est transformé en Dr Disrespect (de la plateforme Twitch), ont amené leurs deux enfants, Nève, 3 ans, et Théo, 4 ans. « On aime se déguiser, indique Mme Girard. Le bac de costumes est toujours près. » Pour accueillir les familles, les organisateurs proposent une zone familiale avec diverses activités (combats de pistolets de style Nerf, maquillage, jeux de société, jeux gonflables). « On veut que les enfants viennent, précise Elizabeth Jutras. C’est une expérience extraordinaire de voir des gens déguisés. » Pour que ce soit abordable, l’entrée sera gratuite pour les jeunes de moins de 12 ans demain (maximum de deux enfants par adulte). Elle coûte 10 $ aujourd’hui pour les enfants de 6 à 12 ans et est gratuite pour les enfants de 5 ans et moins. 

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Pour la famille Boutin-Girard, le Comiccon est l’occasion parfaite de se déguiser.