Après avoir attiré en moyenne 1,825 million de téléspectateurs pendant la dernière saison télévisuelle au Québec, Marie, Élise et les autres détenues d'Unité 9 ont réussi à séduire un nouveau public à Paris.

Maxime Bergeron LA PRESSE

L'émission-vedette de Radio-Canada était présentée pendant le quatrième festival Séries Mania, qui s'est clôturé dimanche soir dans la capitale française. La singularité de la série créée par Danielle Trottier - dans laquelle les personnages féminins occupent une place centrale - a trouvé une résonance chez les spectateurs parisiens.

«Ici, Unité 9 a séduit le public par son univers, un univers de femmes, a expliqué hier soir Laurence Herszberg, coprogrammatrice du festival. Toutefois, la situation des prisons est tellement différente que celle qu'on observe en France que ça a un peu déstabilisé le public.»

Le réalisateur Jean-Philippe Duval est venu présenter la série jeudi soir à Paris. L'accueil des spectateurs a été «enthousiaste», a-t-il fait valoir.

Unité 9 n'a pas gagné le Prix du public pour lequel les 45 séries présentées au Festival étaient en compétition. C'est Don't Ever Wipe Without Tears, une série suédoise qui relate l'épidémie de sida dans le Stockholm des années 80, qui a remporté la palme. Le choix a été très serré entre six séries.

Qu'à cela ne tienne, la productrice Fabienne Larouche espère qu'Unité 9 connaîtra une carrière internationale. «On commence à faire MIPTV et les autres congrès du genre, a-t-elle confié dimanche en entrevue téléphonique. On l'a déjà réussi avec Fortier, avec Scoop, et avec Unité 9, on a vraiment quelque chose d'unique entre les mains.

«On verra, on se souhaite bonne chance, mais en même temps, c'est d'abord une série conçue pour les gens d'ici», a ajouté Mme Larouche, qui se préparait pour le gala Artis lorsque nous l'avons jointe.

Mon meilleur ami, la série de Séries+ mettant en vedette Claude Legault dans le rôle d'un homme qui devient subitement tétraplégique, a aussi été présentée au festival. Le sujet des handicapés, rarement abordé au petit écran, a touché une corde sensible chez les spectateurs.

«La série a réussi à montrer comment on pourrait réagir dans une situation comme celle-là, qui pourrait arriver à n'importe qui», a commenté la coprogrammatrice.

Laurence Herszberg s'est dite ravie de cette quatrième présentation du festival Séries Mania, qui s'est conclue avec un bilan en forte hausse. Plus de 14 000 spectateurs y ont assisté cette année, un bond de 20% par rapport à l'année dernière. «L'addiction qu'on retrouve envers le petit écran, on l'a aussi retrouvée au festival», a-t-elle noté.

Parmi les séries présentées cette année, six provenaient des États-Unis (dont la très populaire Girls et Hannibal, avec la comédienne québécoise Caroline Dhavernas) et six de France. Les émissions scandinaves et israéliennes se sont particulièrement démarquées, selon l'organisatrice, tout comme celles du Québec et de l'Australie.