L'implication des artistes, en petits groupes ou en masse, dans la grande politique représente une réalité assez récente dans l'histoire du Québec. Voici une liste d'événements qui ont marqué l'évolution du phénomène de «l'artiste engagé» au cours des dernières décennies.

Publié le 31 mars 2012
Daniel Lemay LA PRESSE

1959

En appui aux réalisateurs télé de Radio-Canada en grève sur la question de la reconnaissance syndicale, 50 vedettes de la scène, dont Paul Berval, Raymond Lévesque, Lucille Dumont et Jean-Pierre Ferland, participent à la revue Difficultés temporaires qui sera présentée 16 fois en janvier à la Comédie-Canadienne.

1964

Une trentaine de chansonniers - Léveillée, Vigneault, Ferland, Létourneau, Pauline Julien, Monique Leyrac, Renée Claude -, de chanteurs pop et d'artistes de cabaret se produisent au premier Gala de l'indépendance, produit pour le R.I.N. par Guy Latraverse, au Forum, le 23 mai.

1968

Au nom du Comité Vallières-Gagnon, Gaston Miron et Pauline Julien organisent la soirée Chansons et poèmes de la résistance au Gesù (27 mai). À l'affiche: Charlebois, Forestier, Deschamps, Raymond Lévesque, Gilbert Langevin; d'autres soirées semblables auront lieu en 1971, pour protester contre les mesures de guerre imposées en octobre 70, et en 1973, pour réclamer la libération des chefs syndicaux.

1980

Les artistes sont de toutes les manifestations du OUI. Neuf jours avant le premier référendum sur la souveraineté du Québec, une caravane d'artistes de renom, dont Dominique Michel, Marc Favreau et Michel Tremblay, fait des arrêts impromptus entre Québec et Montréal; «le Chemin du Roy des artistes» se termine au Centre des congrès de Québec devant 11 000 personnes qui acclament Félix et chantent Gens du pays avec Vigneault.

1995

Pendant la deuxième campagne référendaire, une trentaine d'«Artistes pour la souveraineté», dont Claude Gauthier, les Colocs, Beau Dommage et Dan Bigras, répondent à l'appel de Paul Piché pour le spectacle des «AS», produit par Spectra. Le 29 septembre, plus de 10 000 personnes assistent au dernier rassemblement politique de l'histoire du Forum, le plus grand du genre depuis la soirée des Yvette, en avril 1980.

2008

Pendant la campagne électorale, le Mouvement pour les arts et les lettres (le MAL compte 10 000 membres) organise l'opposition québécoise aux coupes du gouvernement «Art-Peur» dans la culture. Méga-manif un midi à la SAT, spectacle gratuit au Club Soda et marche boulevard René-Lévesque. En avril, à Québec, Robert Lepage avait dénoncé «la chasse aux artistes» menée par Stephen Harper.

Photo: Archives La Presse

Dominique Michel en 1980.

2010

Robert Charlebois et Luc Plamondon en tête, une centaine d'artistes québécois se rendent à Ottawa, le 30 novembre, pour protester contre le projet de loi C-32 sur les droits d'auteur qui les priverait collectivement, arguent-ils, de quelque 75 millions de dollars.

Photo: Archives La Presse Canadienne

Robert Charlebois et Luc Plamondon en 2010