S'il est conséquent dans son évaluation de Sean Couturier, Dominic Ricard ne peut s'attendre à revoir sa vedette dans son vestiaire pour une quatrième saison l'an prochain. «Quand tu regardes les chiffres, 75 % des joueurs sélectionnés parmi les cinq premiers ne sont pas de retour junior l'année suivante», acquiesce le directeur-gérant des Voltigeurs de Drummondville. «Je lui souhaite de rester dans la LNH, c'est son rêve et il serait tout un ambassadeur pour nous. Présentement, on trace nos plans comme s'il revenait pas, tout comme dans le dossier d'Ondrej Palat... Si on est chanceux, on leur trouvera bien une place dans le vestiaire!»

ST LE NOUVELLISTE (TROIS-RIVIèRES)

Les chances de Couturier de disputer une quatrième saison dans la LHJMQ seront influencées directement par quelques facteurs, notamment l'équipe qui le sélectionne, son magasinage sur le marché des agents libres et sa performance au camp d'entraînement.

Advenant un retour dans le junior, Ricard sera armé pour faire exploser la banque s'il veut monnayer les services de son gros attaquant. «Peut-être, mais si ça arrive, ce n'est pas la première avenue qu'on va étudier. Au contraire, on va tout faire pour se vieillir et c'est encore plus vrai si Palat revenait lui aussi. Personne n'aurait alors un meilleur premier trio... Je ne dis pas que c'est impossible qu'il soit échangé, mais notre but à Drummondville, c'est d'être compétitif à tous les ans et si on pense qu'on peut être parmi les quatre ou cinq meilleurs clubs, on va foncer!»

Ricard rappelle qu'il avait agi de la même façon à la dernière saison de Derick Brassard. «J'avais de bonnes offres pour Brassard, mais on a décidé de le garder. C'est difficile d'échanger des gars qui ont grandi dans ton organisation. Surtout dans le cas de Couturier, qui sera encore plus dominant s'il revient car il n'aura plus à se tracasser avec les listes, le repêchage et Équipe-Canada Junior...»