Quelque 145 étudiants du collégial - un record - et 50 élèves du secondaire ont relevé des défis proposés par le Département de génie de Polytechnique Montréal les 7 et 8 février 2020.

La Presse

Le 7 février 2020, 50 élèves de 4e et 5e secondaire, en provenance de huit écoles du Québec et du Nouveau-Brunswick, ont bravé une tempête de neige afin prendre part à la première d'un nouveau volet du concours Déplace de l'air à Poly.

Réunis en 19 équipes, les participantes et participants ont relevé un défi qui consistait à concevoir et fabriquer un véhicule électrique capable de se propulser sur une piste aimantée, à l'atrium Lorne-M.-Trottier des pavillons Lassonde. En piste, chaque véhicule devait passer le plus rapidement possible entre deux capteurs qui étaient positionnés à la sortie des aimants.

« La mobilité durable pose plusieurs défis. Au cours des prochaines années, la société aura besoin d’un nombre croissant d’ingénieurs électriques bien outillés et en mesure de proposer des solutions innovantes », a expliqué Yves Goussard, directeur du Département de génie électrique de Polytechnique. « Il nous apparaît important de sensibiliser la relève à ces enjeux d’actualité, et ce, dès le secondaire. Ce concours permet aux jeunes d’expérimenter et de constater en quelques heures seulement comment des principes simples d’électricité peuvent donner naissance à des applications concrètes ».

L'équipe Brébotique 3, composée de Vincent Therrien, Édouard Coulombe et Rico Li, du Collège Jean-de-Brébeuf, a terminé en première position le 7 février.

PHOTO : ISABELLE RACINE

Vincent Therrien, Édouard Coulombe et Rico Li.

Le 8 février 2020, 145 étudiants en provenance de quelque 25 établissements collégiaux du Québec et du Nouveau-Brunswick ont pris part au 8e concours Déplace de l'air à Poly.

Réunis en 58 équipes - un record - les participantes et les participants devaient concevoir et construire la mini-éolienne la plus performante de la journée à partir de composantes imposées. Trois heures ont été allouées en matinée à la réalisation des prototypes. Ensuite, les éoliennes ont été testées sur scène devant le public réuni à l'Atrium Lorne-M.-Trottier des pavillons Lassonde.

L'équipe Sadam Chisko, composée de Sam Zakko, Mohammed Auda et David Chislaru, du Cégep de Bois-de-Boulogne, a terminé en première position avec une tension efficace de 7120 millivolts (mV), établissant ainsi un record dans l'histoire de la compétition. Chaque membre de l'équipe s'est mérité une bourse d'admission à Polytechnique d'une valeur de 600 dollars.

On constate que le génie électrique est méconnu alors que le Québec a besoin d’ingénieurs électriques et qu’il y aura des défis passionnants à relever dans le domaine au cours des prochaines années », a expliqué Jean-Pierre David, professeur au Département de génie électrique de Polytechnique et organisateur du concours. « L’électricité est invisible, et au cégep, les étudiants apprennent les principes de l’électricité d’une façon très théorique, en passant par le calcul intégral. Avec Déplace de l’air à Poly!, les jeunes découvrent l’électricité de façon intuitive et ludique, sans passer par de grands calculs. Il suffit de faire bouger un aimant devant un fil électrique pour produire de l’énergie! Lors de la finale, on projette l'évolution du courant électrique produit par les étudiants sur grand écran, ce qui permet de « voir » l'invisible. C'est un moment magique! »