Le 22 septembre dernier, Cancer colorectal Canada organisait la première montréalaise de la course Bougeons pour le côlon.

La Presse

Cette activité, qui célèbre les survivants du cancer colorectal et qui honore les personnes ayant perdu leur combat contre cette maladie, a permis d’amasser plus de 54 000$, qui viendront appuyer la mission de l’organisme : sensibiliser la population à l’importance du dépistage et réduire l’incidence et la mortalité du cancer colorectal au Canada.

« Chaque jour, 73 Canadiens reçoivent un diagnostic de cancer colorectal. Il s’agit de la deuxième plus importante cause de décès par cancer au Canada. La bonne nouvelle est que la maladie est évitable, traitable et, dans 90 % des cas, guérissable si elle est diagnostiquée tôt », affirme Richard Béliveau, chercheur et directeur scientifique de la Chaire en prévention et traitement du cancer de l’UQAM.

De son côté, Chana Cohen, survivante du cancer colorectal et mère de deux jeunes filles, raconte : « À l’âge de 38 ans, j’étais à une période magnifique de ma vie. J’ai toujours eu un estomac sensible, donc quand j’ai débuté à ressentir des crampes au ventre de plus en plus intenses, mon médecin de famille a émis une recommandation pour me faire passer une colonoscopie, ce que le spécialiste a refusé sous prétexte que j’étais trop jeune pour être à risque de cancer colorectal. »

Aujourd’hui, Mme Cohen vit avec les cicatrices physiques et psychologiques de sa bataille contre le cancer colorectal et souhaite lancer un appel à la population pour la sensibiliser au fait que cette maladie frappe à tous âges et sans discrimination.

« On n’est jamais trop jeune pour un cancer colorectal, malgré certaines fausses croyances de la communauté médicale, dit Mme Cohen. J’ai eu peur de ne plus jamais revoir mes filles, je ne voulais pas les abandonner. C’est un sentiment que je ne souhaite à personne. »

« Puisque seulement 7 % des cas de cancers colorectaux précoces sont dus à une susceptibilité génétique acquise par hérédité, l’augmentation de cette maladie chez les jeunes adultes est malheureusement le reflet du mode de vie actuel, particulièrement de la hausse du poids corporel et de la mauvaise alimentation. Je lève mon chapeau à Cancer colorectal Canada qui travaille d’arrache-pied pour lutter contre cette maladie », conclut le Dr Béliveau.