Source ID:; App Source:

300 000$ pour des forêts

Mike Flanagan et Brian Herman (MECA), Jennifer Melville...

Agrandir

Mike Flanagan et Brian Herman (MECA), Jennifer Melville (Open Space Institute), Paul Archer (TD), Mélanie Lelièvre (Corridor Appalachien), Joel Bonin (Conservation de la nature), Marie-José Auclair (Corridor Appalachien), sur le mont Foster.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Grâce à un projet conjoint entre Conservation de la nature Canada et Corridor appalachien, plus de 345 hectares de forêts et de milieux humides sont maintenant conservés au mont Foster dans les Cantons-de-l'Est.

Il s'agit d'un projet conjoint entre Conservation de la nature Canada et Corridor appalachien, ce sont plus de 345 ha de forêts et de milieux humides qui sont maintenant protégés à perpétuité au mont Foster dans les Cantons-de-l'Est. Le gouvernement fédéral a contribué 300 000$ par l'entremise du Programme de conservation des zones naturelles d'Environnement Canada. Le groupe Banque TD a également donné 100 000$ par son programme Forêts TD, qui aide à conserver les forêts importantes au Québec.

Situé à cheval sur les territoires de Saint-Étienne-de-Bolton et de Bolton-Est, le site se trouve à l'intérieur d'un grand massif forestier peu fragmenté de plus de 4800 hectares allant des monts Sutton au mont Orford au sein de l'aire naturelle des Montagnes-Vertes. Il est composé de forêts de feuillus, de milieux humides et de nombreux cours d'eau claire et fraîche. Ces caractéristiques offrent des habitats indispensables à de nombreux oiseaux forestiers, tels que la chouette rayée et la grive des bois, à des amphibiens en situation précaire, tels que la grenouille des marais et la salamandre pourpre, et aux mammifères à grand domaine vital tels que l'ours noir et l'orignal. Les grandes forêts permettent aux espèces sauvages de s'épanouir et contribuent au caractère unique des paysages des Cantons-de-l'Est, qui font la fierté de ses habitants.

 « Un projet de cette ampleur, à cet endroit, nous donne la confiance de poursuivre nos efforts; pour la santé de nos forêts, pour la santé de nos cours d'eau, pour le maintien des populations fauniques, pour les paysages, et surtout, pour que la population bénéficie, pour toujours, des services écologiques que rendent ces milieux naturels », affirme Joël Bonin, vice-président de Conservation de la nature au Québec.

« Ce projet nous tient profondément à coeur », explique Mélanie Lelièvre, directrice générale de Corridor appalachien. « Il s'agit sans aucun doute d'un des plus importants gains en matière de conservation des dernières années sur le territoire. En plein coeur des montagnes Vertes, sa localisation est très stratégique. La protection de ces terrains constitue une étape critique de la conservation du grand corridor d'aires protégées allant des monts Sutton au mont Orford. Nous avons travaillé d'arrache-pied pendant près de trois ans pour financer et concrétiser ces projets, et en sommes vraiment fiers ».

« Ce projet phare souligne une autre réalisation du Programme de conservation des zones naturelles du gouvernement du Canada », a déclaré Denis Lebel, ministre de l'Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales, ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, et député de Roberval-Lac-Saint-Jean. « L'acquisition de ces propriétés va soutenir la protection des espèces à risque qui y habitent, dont le papillon monarque, la salamandre sombre du Nord. La conservation du patrimoine naturel du Canada est le coeur de notre plan de conservation national annoncé par le premier ministre en mai. Ce plan de conservation démontre l'engagement de notre gouvernement à contribuer à la prospérité à long terme du Canada en assurant la conservation et la restauration de nos terres et de nos eaux, et en rapprochant les familles canadiennes de nos espaces naturels. »

« Plus de 90 % des Canadiens disent que les forêts sont importantes à leurs yeux, et ils ont raison », indique Karen Clarke-Whistler, chef de l'environnement, Groupe Banque TD. « La forêt est notre lieu de travail, notre milieu de vie et de loisirs, et elle joue un rôle essentiel de purification de l'air et de modération des conditions climatiques. Dans un contexte d'urbanisation grandissante de notre planète, la protection des forêts et des habitats essentiels qu'elles représentent est incontournable. C'est pourquoi nous avons fait de la protection des habitats forestiers essentiels un pilier du programme Forêts TD. »

 « Depuis longtemps nous avons à Saint-Étienne le souci de protéger notre environnement, d'abord parce que nous chérissons notre milieu de vie encore très naturel, mais aussi parce que nous comprenons de plus en plus l'importance à long terme de garder de grandes zones forestières intactes », dit Michèle Turcotte, mairesse de Saint-Étienne-de-Bolton. « En ce sens nous avons adopté des normes innovatrices, visant à limiter au minimum l'empreinte écologique du développement résidentiel ; mais ce n'est pas suffisant. Ce projet de conservation vient consolider notre approche et maintiendra « au naturel » une zone stratégique au coeur des montagnes de Saint-Étienne. Je remercie sincèrement Corridor Appalachien, Conservation de la nature Canada ainsi que les bailleurs de fonds qui ont permis ce projet. »

En raison de son emplacement sur les versants des monts Foster et Gauvin, ce site, dont une partie est zonée blanche, se situe dans un endroit particulièrement attrayant pour la construction et le développement. La conservation de ce territoire avec des vues sur la chaîne des Montagnes-Vertes et la vallée Missisquoi Nord, contribuera à prévenir de telles activités.

Conservation de la nature Canada et Corridor appalachien tiennent à remercier les bailleurs de fonds, sans qui la protection de ce site n'aurait pas été possible : le Plan de conservation national du gouvernement du Canada, Sweet Water Trust, Open Space Institute, le Groupe Banque TD par l'intermédiaire de son programme Forêts TD, North American Bird Conservation Initiative (U.S. Fish and Wildlife), la Fondation ECHO, la Fondation de la faune du Québec, Fonds de développement régional du CRÉ de l'Estrie, Éco-Action d'Environnement Canada.

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) oeuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et de la faune et la flore qu'ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de plus de 2,7 millions d'acres (1,1 million d'hectares) d'un océan à l'autre, incluant 38 600 hectares au Québec. En investissant dans la conservation, CNC veille à ce que la nature demeure à la fois un refuge pour les espèces sauvages, un havre de loisirs et une ressource essentielle qui purifie notre air et notre eau.

Corridor appalachien est un organisme de conservation sans but lucratif qui travaille depuis 2002 à la protection des milieux naturels et de la biodiversité dans la région des Appalaches (sud des Cantons-de-l'Est). Plus de 11 500 hectares de milieux naturels en terres privées sont désormais protégés à perpétuité sur l'ensemble du territoire d'action de Corridor appalachien, et ce, grâce à la collaboration des propriétaires privés, des groupes de conservation locaux et nationaux, et de plusieurs autres partenaires. Corridor appalachien a initié le projet, procédé aux inventaires écologiques, négocié avec les propriétaires et contribué au financement du projet.

Le Programme de conservation des zones naturelles (PCZN) est un partenariat public-privé unique, lancé par le gouvernement du Canada en 2007. Géré et dirigé par Conservation de la nature Canada (CNC), ce programme permet d'accélérer le rythme de conservation des terres privées ayant une grande valeur écologique dans tout le sud du pays. Jusqu'à présent, 245 millions de dollars ont été investis par le gouvernement du Canada dans le PCZN, avec des fonds jumelés de plus de 400 millions de dollars, recueillis par CNC et ses partenaires pour la protection de notre patrimoine naturel. Un montant additionnel de 100 millions de dollars a été annoncé par le premier ministre Stephen Harper en mai 2014 dans le cadre du Plan national de conservation afin que CNC poursuive ce programme.

Open Space Institute (OSI) est une organisation qui a pour mission de protéger les paysages pittoresques, naturels et historiques pour le bénéfice du grand public, de conserver les habitats naturels et les terres exploitées, et d'aider les communautés. Fondé en 1974 dans le but de protéger les paysages importants de l'État de New York, OSI a depuis été un partenaire clé dans la protection de presque 900 000 hectares en Amérique du Nord.

 




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer