Plus de 1000 personnes ont assisté, le 5 décembre dernier, lors du Gala des Émilie, à un hommage aux héros de la santé de Sacré-Cœur et d’Albert-Prévost.

La Presse

Cet événement-bénéfice virtuel animé par la porte-parole de la Fondation de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, Pénélope McQuade, et l’encan en ligne qui se clôturait le 6 décembre ont permis d’amasser plus de 215 000$.

Les sommes amassées dans le cadre de ces deux activités permettront de soutenir notamment un des projets de la grande campagne de financement, soit la mise en place d’un Centre intégré de suppléance rénale à l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal dont la valeur du projet est évaluée à 5,6 millions $.

« Bien évidemment, il ne faut pas oublier l’objectif premier de ce Gala qui est de soutenir nos experts bienveillants et l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal qui a été désigné pour recevoir des patients atteints de la COVID-19. Les deux grandes spécialités de cet hôpital en pneumologie et en cardiologie ont justifié ce choix. Plusieurs secteurs de la buanderie aux soins intensifs ont été mis à contribution pour combattre le virus. Quelle belle démonstration de solidarité ! » a déclaré Pénélope McQuade, porte-parole de la Fondation.

Les grandes directions du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS NÎM) ont identifié 17 équipes formées de nombreuses personnes qui se sont illustrées pour leur inventivité, leur résilience, leur dévouement et leur travail dans l’ombre. Le travail de quatre équipes de l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal a été mis en lumière plus particulièrement. Ce sont les Coups de cœur de cette année.

Le Coup de cœur Inventivité a été remis au service de la buanderie, de la lingerie et de la couture. Que ce soit pour les couturières qui ont dû créer des vêtements de protection ou les employés de la buanderie et de la lingerie qui ont reçu un volume impressionnant de linge à trier et à laver du jour au lendemain. Ils ont été capables d’innover, d’inventer et de créer pour fabriquer des masques et des vêtements et des produits de protection contre le virus, alors qu’il en manquait.

Le Coup de cœur Résilience est allé à l’équipe du 4H, la première unité COVID-19 du CIUSSS NÎM. Avant la pandémie l’Unité du 4 H de l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal accueillait des patients qui recevaient pour la grande majorité des soins pour des maladies respiratoires et des soins palliatifs. L’expertise développée a fait en sorte que, du jour au lendemain, cette équipe a reçu la mission d’organiser la première Unité COVID-19. La COVID étant une maladie qui s’attaque au système respiratoire avec force, le choix du 4 H était logique.

Le Coup de cœur Dévouement a été remis à l’équipe de prévention et de contrôle des infections (PCI). Les gestionnaires, les conseillers et les médecins qui forment ce groupe ont été de toutes les batailles. Ils ont été sollicités sur tous les comités, ont travaillé 24 heures sur 24, 7 jours par semaine, sans compter leurs heures, tout ça en gardant un professionnalisme impeccable. Ils ont répondu à de nombreuses questions au quotidien et ont rassuré beaucoup de collègues au cours des derniers mois.

Le Coup de cœur Travailleurs de l’ombre a été décerné au service de l’infrastructure de la Direction des ressources technologiques et informationnelles. Ce service est composé de trois équipes : déploiement, réseau et télécommunication ainsi qu’administrateur système. Les membres de cette équipe ont joué un rôle important pour préserver la santé des employés en leur permettant notamment de faire du télétravail. Dans des temps records, ils ont déployé un réseau Wifi, installé des centres d’appels, assuré les communications dans les zones chaudes et les centres de dépistages. Ils ont permis à tous de naviguer mieux à travers les eaux troubles de la crise.

La Fondation a profité de cette soirée pour remercier les nombreux gestes de générosité posés par la communauté et leur décerner cette année le Coup de cœur de la Fondation.

Toutefois, une initiative d’un groupe de jeunes bénévoles qui ont cumulé des centaines d’heures de bénévolat pendant des mois a été soulignée: le projet Collaboration 3 D. Cela a permis de confectionner plus de 6000 visières et 5500 protège-oreilles pour une production d’une valeur de 100 000$. L’équipe de la Fondation a exprimé sa reconnaissance à l’égard de l’initiatrice du projet, Angela Nauleau-Javaudin, des membres de sa famille, de Jean-Gabriel Maurice et de ses collègues d’Énergère, pour leurs efforts déployés dans cette production de matériel de protection, un besoin criant au début de la pandémie.

« Un grand mouvement de solidarité est né avec la pandémie ! Entreprises, organisations, groupes d’individus, familles… Nous avons reçu de nombreuses offres pour aider nos équipes de soins et nos patients à traverser la crise actuelle ! C’est remarquable ! Depuis le début de la pandémie, ce sont plus de 268 000 $ de dons en argent et en biens et des milliers d’heures de bénévolat qui ont été offerts à la Fondation lui permettant de réaliser tant de projets en lien avec la COVID-19 et d’appuyer nos équipes d’experts bienveillants ! » a annoncé le président-directeur général de la Fondation, Paul Bergeron.

Grâce à cette incroyable mobilisation, la Fondation a pu offrir aux intervenants de première ligne, des masques, des visières, des protège-oreilles, des produits et un soutien alimentaire des plus appréciés ! Les dons reçus ont également permis de soutenir les chercheurs de la Direction de la recherche du CIUSSS NÎM qui ont pu rapidement mettre leurs connaissances à la disposition du personnel soignant pour combattre le virus.

Le centre principal d’hémodialyse de notre CIUSSS est présentement situé au-dessus de l’entrée principale de l’Hôpital du Sacré-Cœur, au 2e étage de l’aile G. Au cours des 30 dernières années, le nombre de stations de traitement a augmenté graduellement pour atteindre aujourd’hui sa capacité maximale, soit 27 stations.

L’augmentation des besoins et de l’achalandage fait en sorte que l’espace physique est devenu insuffisant. Le système d’eau quant à lui a atteint sa durée de vie estimée. Cependant, la complexité de le remplacer dans les espaces alloués à la dialyse alors que c’est déjà en activité est quasi impossible.

C’est pourquoi ce nouveau Centre intégré sera aménagé dans une autre aile, permettant d’améliorer l’accessibilité des services de dialyse à la clientèle de l’Hôpital, en plus d’optimiser l'espace réservé pour les traitements. Un projet capital pour les patients, et l’équipe du Service de néphrologie.

Avec ce projet cela permettrait d’atteindre plusieurs objectifs. Premièrement, de répondre à une demande croissante ; en moyenne, il se donne 20 000 traitements par année. Sacré-Cœur reçoit en moyenne 144 usagers différents par semaine. À ce nombre s'ajoutent les patients hospitalisés. L’Unité fonctionne au maximum de sa capacité.Ensuite, de regrouper tous les services à un même endroit (consultations externes de néphrologie, prise en charge pour la dialyse péritonéale et l’hémodialyse à domicile). Enfin, de mettre en place un nouveau système de traitement d’eau pour augmenter l’efficacité des dialyses et diminuer les risques d’infection et de complication ; d’augmenter le nombre de patients pouvant profiter d’une dialyse à la maison grâce à des locaux de formation ; et d’avoir des espaces de soins plus privés, améliorant l’intimité des discussions avec l’équipe de soins.

Depuis sa création en 1976, la Fondation de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal a remis à l'Hôpital près de 85 millions de dollars qui ont permis à de nombreux départements et services de progresser et de demeurer à l'avant-garde dans leurs spécialités. L’appui financier qu’apporte la Fondation de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal consiste à acheter des équipements de pointe, financer des projets qui améliorent rapidement les soins aux patients, soutenir la formation des futurs médecins et professionnels de la santé, et contribuer à la recherche pour améliorer concrètement les soins.

L’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal (HSCM) du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS NIM) a été construit en 1926 par les Sœurs de la Providence. L’HSCM se distingue par ses missions d’enseignement et de recherche qui y sont bien ancrées. L’Hôpital est affilié à l’Université de Montréal depuis 45 ans pour remplir ces deux missions. Parmi les interventions pratiquées annuellement, on compte 500 chirurgies bariatriques, 22 000 hospitalisations, 12 000 chirurgies, 200 000 consultations externes, 2000 naissances, et 1700 tests ambulatoires de dépistages de l’apnée du sommeil.