Le géant de l'électronique japonais Panasonic a confié à la presse nippone qu'il étudiait le développement de téléphones portables basés sur la plate-forme logicielle gratuite du groupe de services internet américain Google, déjà présente sur quelques terminaux étrangers.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Panasonic pourrait adopter les outils de Google dans l'espoir de séduire une nouvelle clientèle à l'étranger où il est peu présent sur ce segment de produits, alors que le marché japonais des mobiles, saturé, se réduit.

Le développement de terminaux reposant sur la plate-forme mobile de Google est jugé beaucoup moins onéreux que la conception de terminaux basés sur des technologies propres à chaque fabricant ou opérateur, comme c'est souvent le cas au Japon.

Le système d'exploitation (OS) de Google, appelé Androïd, a été développé en collaboration avec d'autres entreprises des secteurs de l'informatique et des télécommunications, dont le premier opérateur japonais, NTT Docomo.

Un premier téléphone Google, fabriqué par le groupe taïwanais HTC, doit faire son arrivée dans le catalogue de NTT Docomo le mois prochain. Toutefois, on estime au Japon que ce type de portable, concurrent de l'iPhone d'Apple, n'intéressera qu'une niche de la population nippone, la plupart des utilisateurs étant très attachés à des marques, un type de design, une ergonomie et des fonctionnalités (TV, porte-monnaie électronique, lecteur de codes, etc.) qui font défaut tant à l'iPhone qu'aux actuels modèles «Google phone».