Le temps d'une matinée, Rona et l'agence Bos ont rappelé aux automobilistes qui circulaient sur le pont Jacques-Cartier que le géant de la rénovation récupérait la peinture.

Mis à jour le 3 mai 2009
Hugo Fontaine
Hugo Fontaine LA PRESSE

Pour «récupérer» la publicité d'Apple pour ses baladeurs iPod, Rona et Bos ont momentanément suspendu leur publicité à l'aide de deux grues installées dans le stationnement d'une station-service, à l'extrémité nord du pont Jacques-Cartier.

Du tablier du pont, les coulures de peinture des deux publicités étaient presque parfaitement alignées. «C'est un clin d'oeil assez opportuniste, concède Claude Larin, directeur du compte Rona chez Bos.

Mais ce n'est pas autre chose qu'un clin d'oeil.»

Apple Canada, à qui La Presse a appris l'existence du coup d'éclat, a indiqué qu'il ne le commenterait pas.

La publicité est une création de Simon Beaudry, directeur artistique chez Bos, en collaboration avec Martin Bernier.

Un cas limite

Après avoir brièvement étudié la situation, l'avocate Véronique Wattiez Larose, associée chez McCarthy Tétrault, considère qu'il s'agit là d'un cas limite. «Je suis sûre que cela a fait partie du calcul de Rona et de son agence de publicité», dit-elle.

Apple pourrait envoyer une lettre à Rona, demandant à la société québécoise de ne plus procéder à cette tactique publicitaire sans son accord, estime l'avocate. «Outre cela, je ne vois pas ce qu'Apple pourrait alléguer comme tort», ajoute-t-elle.

La situation serait toutefois tout autre si les deux entreprises en cause étaient des concurrents directs. Mais comme Rona ne fabrique pas de baladeurs et qu'Apple ne vend pas de deux par quatre, il n'y a pas, à première vue, de violation des droits d'Apple sur le plan du droit commercial.



Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou encore une idée pour un reportage? Écrivez-nous à technaute@cyberpresse.ca