Les jeux vidéo et les films violents rendent insensible à la douleur et à la souffrance des autres, affirme une double étude universitaire américaine publiée mercredi dans Psychological Science.

Mis à jour le 22 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Ces études montrent clairement que l'exposition à des médias violents peut diminuer le sentiment altruiste», résume Brad Bushman, professeur de psychologie à l'Université du Michigan, qui a conduit ces études avec le professeur Craig Andreson d'Iowa State University. Un premier échantillon de 320 étudiants, séparés en deux groupes, ont été testés après avoir joué pendant 20 minutes les uns à des jeux video violents, les autres à des jeux non violents. Quelques minutes plus tard, ils étaient les témoins d'une violente bagarre dont ils entendaient seulement les bruits, et où l'un des protagonistes, à la fin, râlait de douleur et boîtait.

Les étudiants qui avaient joué à des jeux vidéo violents mettaient beaucoup plus de temps à envisager d'aider la victime: 73 secondes, contre 16 secondes pour les autres.

Et certains de ceux qui avaient joué à des jeux violents ne remarquaient même pas la bagarre.

Dans une deuxième étude, 162 jeunes ont été mis en présence d'une jeune femme prétendument blessée à la cheville, qui échappe ses béquilles et ne parvient pas à les rattraper.

La moitié du groupe avait assisté à cette scène avant de voir un film violent, l'autre moitié à sortie de la projection.

Ceux qui sortaient du film violent, mettaient 26% plus de temps pour ramasser les béquilles de la jeune femme.

Selon les chercheurs, «l'exposition aux médias violents produit une désensibilisation physiologique -- abaissement du rythme cardiaque et de la conductivité électrique de la peau -- à la vue de scènes de violence réelles peu de temps après».