Le dernier-né de la série «The Sims» ne la porte pas à un niveau supérieur, mais vient la peaufiner tout en gardant les éléments qui rendent ces jeux si intéressants.

PRESSE CANADIENNE

Le dernier-né de la série «The Sims» ne la porte pas à un niveau supérieur, mais vient la peaufiner tout en gardant les éléments qui rendent ces jeux si intéressants.

Dans «The Sims Life Stories», les joueurs se retrouvent aux commandes de sims, les personnages virtuel desquels ils devront guider les actions dans un environnement 3-D.

Comme dans les titres précédents, des bulles surgissent quand vous cliquez sur des objets comme un grille-pain, un téléphone ou encore le téléviseur. À l'intérieur de ces bulles, vous pouvez sélectionner des options, comme par exemple, acheter de nouvelles victuailles, vous faire un goûter ou faire un repas complet en cliquant sur le réfrigérateur.

Les sims sont plutôt faciles à contrôler: vous pouvez soit les placer en mode autonome et intervenir seulement au moment de faire des choix importants, ou encore prendre absolument toutes les décision pour eux.

Il y a deux modes de jeu dans TSLS: un scénario et un mode libre.

Les joueurs qui opteront pour le scénario débuteront leur partie en prenant charge de la sim Riley Harlow.

Riley faisait la belle vie à Sim City jusqu'à ce qu'elle perde son emploi. Maintenant, elle vit chez sa tante Sharon en banlieue, en attendant de retomber sur ses pieds.

C'est là que le «fun» commence.

La série des «Sims» est basée sur les relations humaines, et les interactions dans TSLS sont complexes.

Développé et commercialisé pour PC par Electronic Arts, TSLS est également interactif: vous pouvez téléchargez du contenu additionnel en ligne, comme une batterie ou un karaoke, lire le journal intime de Riley, vérifier ses messages textes et écouter ce qu'elle fait jouer dans son lecteur mp3.

En plus, le jeu vous tient occupé avec plein de tâches à accomplir.

Tout d'abord, vous devez vous occuper des besoins de votre sim, qui sont indiqués dans le bas de votre écran. Ces besoins sont habituellement des tâches simples comme lire le journal pour se trouver du boulot ou gagner un certain nombre de Simoleons, la monnaie utilisée dans le jeu.

Une fois que vous comblerez ces besoins, vous accumulerez des Points d'aspiration, qui eux vous permettront d'acheter de Récompenses d'aspiration, comme des articles de décoration ou d'autres objets rendant la vie plus facile à votre sim.

Juste au-dessus de vos besoins se trouvent vos buts, qui vous aident à suivre le fil de l'histoire et qui changeront à chaque fois que vous en atteindrez un.

Ceux-là peuvent être un peu plus difficiles à atteindre.

À un certain moment, j'avais pour objectif de chatouiller un ami. Plutôt simple, n'est-ce pas? Toutefois, il semblait tenir une conversation fort intéressante avec un autre sim à ce moment-là, alors je ne pouvais pas le déranger bêtement.

En fait, j'aurais pu, mais de faire une chose du genre dans «The Sims» a généralement de sévères répercussions, comme de réduire mon niveau de relation avec ces deux personnes. Alors je dois choisir le bon moment, le flatter, jusqu'à je puisse le chatouiller sans le déranger ou le choquer.

En plus de vos buts, vous aurez votre Idéal — ce rêve qui nourrit votre vie.

Si vous ne progressez pas suffisamment vers cet Idéal, votre sim commencera à déprimer.

Si ça vous semble difficile à assimiler, soyez rassurés: ça devient assez facile une fois la partie commencée. D'aider votre sim à faire son prochain pas dans la vie virtuelle deviendra rapidement naturel.

Plus tard, les joueurs pourront débloquer le scénario de Vincent Moore — histoire toute aussi passionnante avec sa carrière remplie de succès et ses amours plutôt pathétiques.

Les joueurs à l'aise avec ce concept ou qui auront complété les scénarios pourront se rabattre sur le mode libre, où vous pouvez créer vos propres sims, même une famille entière, bâtir votre maison et expérimenter avec toutes les options du jeu.

«The Sims Life Stories», curieusement, vous annonce déjà des suites. Une des premières choses que vous pourrez lire dans le manuel sont des références à «Pet Stories» et «Castaway Stories», des suites qui se retrouveront bientôt sur le marché. Je me demande pourquoi on ne les a pas incluses dans cette version.

Si vous n'avez jamais joué à «The Sims» ou «The Sims 2», TSLS est un excellent point de départ, puisqu'il est facile d'apprendre comment jouer et demande peu en fait d'exigences techniques — tellement qu'il est facile de le faire fonctionner même sur un portable.

Si vous avez joué aux titres précédents, en particulier à TS2, vous serez en mesure de commencer dès l'installation terminée et de profiter de toutes les options du jeu.

«The Sims Life Stories» est classé «T» pour Adolescents et n'est pas compatible avec les précédents titres de la série, puisqu'il se veut un jeu en soit.