EMI Music et Project Playlist, un site qui permet de diffuser de la musique sur internet, ont indiqué mercredi être parvenus à un accord sur la mise en ligne du catalogue de la maison de disques qui devrait mettre fin à ses poursuites pour violations des droits d'auteur.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Cet accord met apparemment fin aux poursuites d'EMI, engagée dans une action commune avec d'autres maisons de disques, contre Project Playlist.Le site, qui permet à ses utilisateurs d'envoyer gratuitement de la musique sur internet et de la diffuser via des listes de lecture, s'enorgueillit de 42 millions d'utilisateurs enregistrés sur playlist.com.

Project Playlist, basé à Palo Alto en Californie (ouest), est toujours sous le coup de poursuites de la Fédération des maisons de disques américaines (RIAA) et de deux autres géants de l'industrie du disque, Universal et Warner.

Dans un communiqué commun, Project Playlist et EMI précisent que les utilisateurs du site «pourront avoir accès au contenu numérique audio et vidéo des productions d'artistes actuels mais aussi aux standards de la musique».

«Ce partenariat nous offrira une large sélection de contenus qui comblera l'appétit musical de nos utilisateurs,» s'est réjoui Owen Van Natta, PDG de Playlist et ancien responsable de Facebook.

Le label EMI regroupe Angel, Astralwerks, Blue Note, Capitol, Capitol Nashville, EMI Classics, EMI CMG, EMI Records, EMI Televisa Music, Manhattan, Mute, Parlophone et Virgin.

En décembre, les sites américains de socialisation Facebook et MySpace ont retiré de leurs pages l'application Project Playlist par crainte de poursuites pour violations des droits d'auteur.