A quelques jours de la présentation par Apple de sa dernière création, vraisemblablement une grande tablette tactile, ses concurrents de l'informatique et des télécoms préparent la contre-attaque, ce qui pourrait aboutir à un bouleversement du secteur.

Thibault Le Grand AGENCE FRANCE-PRESSE

«Toutes les annonces de ces jours-ci peuvent être vues soit comme une réponse directe aux produits existants d'Apple (iPhone, iPod, ndlr), soit comme une préparation (de réponse) contre ses futurs produits», indique l'analyste indépendant Carmi Levy. Les initiatives, petites et grandes, se multiplient ainsi dans le domaine des appareils mobiles, «smartphones», pocketPC, etc.

Parmi les dernières en date, celle du géant américain Amazon, qui craint que la nouvelle tablette Apple mette à mal son Kindle, leader des livres électroniques.

Le portail de vente a donc proposé un kit permettant au Kindle de devenir un objet multi-usage, à l'instar de l'Ipod, et probablement de la future ardoise Apple.

Amazon tente de convaincre le marché que le Kindle est «une plate-forme, pas un simple appareil» de lecture, souligne M. Levy, même si ses capacités restent très limitées par rapport aux créations d'Apple.

Le géant finlandais du portable Nokia, concurrencé par Apple sur le segment des smartphones, a lui annoncé la gratuité de son application de navigation GPS pour toutes ses machines dotées du système Ovi.

Pourtant, «Nokia aura besoin de plus qu'une application gratuite pour rester concurrentiel face à Apple», indique M. Levy, qui souligne l'importance de l'«environnement»: le système d'exploitation et l'ensemble des applications et des contenus proposés pour ce genre d'appareils.

La marque à la pomme reste un «gorille de 400 kg, sur ce marché. Aucun autre, ni Nokia, ni RIM (le groupe canadien qui développe le Blackberry, ndlr) ne s'en approche. Seul Google, avec son système Androïd, peut être vu comme une alternative viable avec ses quelque 20.000 applications», explique l'analyste.

Face à la menace Google, le géant de l'internet qui vient d'entrer en concurrence directe avec lui en lançant son téléphone Nexus One, Apple envisagerait, selon la presse, de remplacer sur ses appareils le moteur de recherche de Google par Bing, celui de Microsoft.

Outre les smartphones, la tablette devrait également bouleverser le marché de PC portable petit format («PocketPC» ou «netbook»), aujourd'hui très porteur pour les constructeurs d'ordinateurs traditionnels.

Ces derniers ont à leur tour annoncé lors du dernier salon CES de Las Vegas l'arrivée prochaine de diverses tablettes concurrentes.

Mais «l'ardoise» d'Apple devrait marquer une avancée supplémentaire vers la convergence des appareils sans fil: téléphones, GPS, ordinateurs.

«Chaque appareil fait maintenant ce que l'autre fait. Certains sont des téléphones qui permettent de lire des livres, d'autres sont des lecteurs qui font fonction de smartphones», explique Jeff Kagan, un autre analyste spécialiste des télécommunications.

«Nous ne sommes qu'au début de cette évolution», s'enthousiasme-t-il.

La bataille se joue enfin sur les contenus. Là encore, selon des informations de presse, Apple discuterait avec plusieurs groupes d'édition comme HarperCollins et sa maison mère News Corporation, le groupe de médias Disney, le réseau de télévision CBS ou encore l'éditeur de jeu Electronic Arts.

Amazon a modifié sa politique de rémunération des auteurs publiés sur Kindle, désormais plus avantageuse afin de conserver les faveurs de l'édition.