C'est une petite puce de rien du tout, qui fait néanmoins une très grande promesse : «limiter les effets biologiques qui pourraient être liés à l'électrosmog - le brouillard électromagnétique invisible qui traverse nos corps et dans lequel nous baignons de plus en plus». Vraiment ?

Tristan Péloquin
Tristan Péloquin LA PRESSE

Vendue au Canada depuis la fin de mars, D'Faz est une pastille autocollante qu'on applique à l'arrière des téléphones cellulaires ou d'une oreillette Bluetooth. Le produit, vendu 24,95 $ l'unité, est présenté comme «une solution d'atténuation des mauvaises ondes», fonctionnant grâce à «un principe incontestable de physique : le déphasage à 180 degrés ». Ses promoteurs, qui se sont payés en mars dernier les services de l'agence de relations publiques DesRuisseaux Communications pour mousser les ventes du produit, laissent entendre que D'Faz peut protéger les utilisateurs de téléphones cellulaires de troubles du sommeil, de céphalées et même du cancer.

Pour vérifier les prétentions de D'Faz, Technaute a demandé à Jean-Jacques Laurin, professeur au département de génie électrique de l'École polytechnique de Montréal, de tester le produit. Un de ses étudiants au doctorat, Hamid Reza Memarzadeh, a réalisé un protocole de test avec une sonde mesurant l'intensité et la phase des champs électriques. La puce a été accolée à un circuit imprimé émulant un téléphone cellulaire.

Leurs conclusions : «La pastille ne fait rien. Elle redistribue simplement l'énergie ailleurs; ça ne l'absorbe pas, affirme Jean-Jacques Laurin. La personne qui va se mettre le téléphone près de la tête, qu'il y ait la puce ou non, ne verra pas de différence d'intensité de champ électrique. Le champ reste aussi intense avec ou sans la puce.»

Selon le spécialiste, la puce apporte néanmoins un certain effet de déphasage. «Le problème, c'est que ça le fait à un endroit, mais ça déplace (le champ électrique) ailleurs.»

«La meilleure analogie qu'on pourrait utiliser, c'est celle d'une flaque d'eau: si vous voulez enlever toute l'eau d'une flaque, la meilleure solution, c'est de mettre une éponge au milieu pour absorber. Si vous mettez le pied dans la flaque, c'est sûr qu'en-dessous du pied, ce sera sec, mais partout autour, il y a de l'eau. C'est exactement ce que fait la puce (D'Faz)», explique M. Laurin

Pour être véritablement efficace sur un téléphone cellulaire, «il faudrait que la puce soit une plaque d'une quinzaine de centimètres de long. On pourrait le faire, mais ce serait beaucoup plus gros, et ça détériorerait la réception du téléphone», indique M. Laurin.

À la lumière des résultats, Technaute a tenté d'obtenir des explications de D'Faz. DesRuisseaux Communications a toutefois indiqué ne plus avoir de mandat auprès de l'entreprise, et nous a fourni une adresse courriel pour contacter son ancien client.

D'Faz n'a jamais répondu à notre missive électronique. Tirez-en vos propres conclusions...