La progression de l'usage des applications hébergées telles que les courriels web ou Google Apps conduit à l'adoption de logiciels libres sans que l'utilisateur en ait toujours conscience.

Publié le 14 sept. 2007
Ian Williams (Vnunet.com) SILICON.FR

La progression de l'usage des applications hébergées telles que les courriels web ou Google Apps conduit à l'adoption de logiciels libres sans que l'utilisateur en ait toujours conscience.

Le Dr Malcolm Newdick, directeur de gestion au sein de l'entreprises de TI Riverbank, a déclaré à l'occasion du eForum de Westminster que nombre de petites entreprises et utilisateurs ne se soucient guère ou, au contraire, sont très préoccupés par l'usage des applications code source libre.

«L'ignorance est la principale raison, tout comme l'inertie, concernant les problématique d'intéropérabilité, et la mentalité "d'en avoir pour son argent" crée de la méfiance envers tout ce qui est gratuit», a-t-il déclaré. Mais Malcolm Newdick a pointé le fait que ces utilisateurs seraient surpris d'apprendre qu'ils aident au développement des communautés open source en utilisant des applications accessibles sur internet.

De telles applications devient incroyablement populaires auprès des entreprises et des individus car elles sont généralement gratuites et fournissent un service de qualité en regard de l'usage qui en est fait. Paul Adams, président du groupe d'expert sur le code source libre de la British Computer Society, a déclaré que la question de savoir si l'open source est un modèle viable arrive à un point discutable car l'open source est «la colonne vertébrale d'internet». Nombre d'acteurs parmi les plus connus sur internet, comme Google et Amazon, fonctionnent intégralement sur des logiciels libres.

Le Dr Glyn Moody, un expert IT, ajoute que le code source libre n'est pas un changement technologique mais que ses idéaux et ses méthodologies ont créé une modification profonde dans la façon dont les gens collaborent. «Le code source libre ne se limite pas aux logiciels, il concerne les individus», avance-t-il. «C'est au centre de la façon dont les populations et les gouvernements fonctionneront au cours du 21e siècle.»

Cependant, Malcolm Newdick croit qu'il n'y a pas «de révolution imminente du code source libre», et que la majorité des utilisateurs sont satisfaits des solutions proposées par les éditeurs comme Microsoft. Les coûts induits dans les logiciels propriétaires sont perçus comme comparables à ceux nécessaire pour former les équipes, migrer vers le modèle code source libre et en assurer le support.

Malcolm Newdick conclu que les éditeurs code source libre doivent garder à l'esprit que la plupart des compagnies ont une approche purement pragmatique dans leurs choix applicatifs. Selon sa propre expérience, ces choix ne se basent pas sur des idéaux de société ou de développement mais sur l'efficacité d'un logiciel proportionnellement à son coût et avec le meilleur niveau de sécurité possible.