Le président de la division affaires de Microsoft a déclaré en conférence que le piratage finissait parfois par amener de nouveaux clients à son entreprise, rapporte Information Week.

Marie-Eve Morasse TECHNAUTE.CA

Le président de la division affaires de Microsoft a déclaré en conférence que le piratage finissait parfois par amener de nouveaux clients à son entreprise, rapporte Information Week.

Jeff Raikes estime qu'entre 20% et 25% des logiciels utilisés aux États-Unis sont piratés.

Mais si les consommateurs piratent, le dirigeant aime encore mieux que ce soit des logiciels Microsoft que ceux de ses compétiteurs.

«S'ils doivent pirater quelqu'un, nous préférons que ce soit nous que quelqu'un d'autre», a dit Jeff Raikes dans le cadre de la conférence Morgan Stanley Technology tenue à San Francisco.

Chaque année, Microsoft dépense des millions de dollars pour lutter contre le piratage et rendre ses logiciels plus difficiles à copier.

Selon Jeff Raikes, une certaine quantité de piratage peut aider Microsoft, parce qu'il peut conduire certains individus à acheter des logiciels, tandis qu'ils n'auraient peut-être jamais connus ces produits autrement.

«Nous comprenons qu'à long terme, notre principal atout est la base de gens qui utilisent nos produits. Ce que nous espérons c'est qu'avec le temps, nous réussissons à les convaincre d'obtenir une licence pour le logiciel», dit le président de la division affaires de Microsoft.

Jeff Raikes avertit toutefois que Microsoft n'est pas prête d'abandonner ses efforts de lutte au piratage.

«Nous voulons encourager l'obtention de licences, mais nous ne voulons pas pousser jusqu'à perdre notre atout le plus fondamental», dit Jeff Raikes.

D'après Information Week