Sur le site de Virgin Mobile, un compteur indique aux internautes qu'ils sont à neuf heures de la liberté. Sur celui de Telus, on leur dit qu'ils sont à neuf heures du bonheur.

Marie-Eve Morasse TECHNAUTE.CA

Sur le site de Virgin Mobile, un compteur indique aux internautes qu'ils sont à neuf heures de la liberté. Sur celui de Telus, on leur dit qu'ils sont à neuf heures du bonheur.

Qu'arrivera-t-il donc dans quelques heures pour que les fournisseurs de services de téléphonie sans fil aient ce soudain enthousiasme?

C'est demain, 14 mars, qu'entrera en vigueur une décision du précédent gouvernement fédéral en vertu de laquelle les Canadiens pourront transférer leur numéro de téléphone cellulaire d'une entreprise à l'autre.

Président de l'Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS), Peter Barnes a des échos des membres qu'il représente, soit les fournisseurs de services de téléphonie sans fil. Il affirme que de manière générale, ceux-ci voient positivement le changement.

«Certains de nos membres ont dit qu'ils voyaient ça comme étant une occasion. Je pense que la bonne façon de voir ce changement, dans ce marché concurrentiel, c'est de le voir comme une façon de mieux se faire valoir. Ça va être aux clients de décider si ça va fonctionner.»

Les consommateurs canadiens auront maintenant le pouvoir de transférer un numéro de cellulaire d'un fournisseur à un autre, de prendre un numéro de téléphone cellulaire et de le transférer à un téléphone filaire, ou de faire le processus inverse.

Chez Telus, on voit ce changement d'un bon œil.

«Telus est prêt, dit Stacey Masson, porte-parole de la compagnie. On se prépare depuis plusieurs mois déjà et on voit ça comme une occasion d'affaire unique, une manière d'obtenir une part de marché plus grande.»

Stacey Masson affirme que l'entreprise ne craint pas de perdre des clients. Selon elle, le taux de désabonnement des clients de Telus est faible.

Elle affirme que l'expérience américaine a prouvé que les entreprises où les clients partent le moins sont celles qui s'en tirent le mieux lors de l'entrée en vigueur de la tranférabilité des numéros de téléphones cellulaires.

Combien changeront?

L'ACTS ne peut prédire combien de consommateurs vont se ruer sur leur téléphone demain pour changer de fournisseur.

Un rapport commandé par l'Association a toutefois estimé que d'ici un an, 850 000 clients auront changé de fournisseur.

«Est-ce que tout le monde va se ruer demain? On espère que non. Les systèmes ne sont pas capable de prendre ça», dit Peter Barnes.

Nouveau venu dans le domaine de la téléphonie sans fil, Vidéotron se réjouit de la mobilité des numéros de téléphone cellulaire.

«On attendait cette date avec impatience. On a tout à gagner», dit Isabelle Dessureault, porte-parole de Vidéotron.

L'entreprise, qui est à la fois un fournisseur de services sans fil et de services résidentiels, fera une série de tests avec de «vrais» clients demain. Dès 7h, certains employés de Vidéotron feront une migration de fournisseurs avant l'ouverture du service à la clientèle.

Mais chez Vidéotron, comme chez Telus et à l'Association canadienne des télécommunications sans fil, on assure que tout ira pour le mieux.

Aussi:

Transférer son numéro: ce qu'il faut savoir

Le site sur la transférabilité des numéros sans fil au Canada