La Corée du Sud élabore un code éthique pour les robots, afin d'éviter qu'ils soient victimes d'abus par les hommes, ou vice versa, a-t-on appris mercredi de source officielle.

AFP

La Corée du Sud élabore un code éthique pour les robots, afin d'éviter qu'ils soient victimes d'abus par les hommes, ou vice versa, a-t-on appris mercredi de source officielle.

La «Charte éthique des robots» devrait être adoptée cette année, a précisé le ministère sud-coréen du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie. Elle en cours d'élaboration par un comité regroupant des experts, des futurologues et un écrivain de science fiction.

«Le gouvernement prévoit d'élaborer des lignes de conduite éthiques sur les rôles et fonctions des robots, car les robots vont développer une vive intelligence dans un avenir proche», a expliqué le ministère dans un communiqué.

Dans les sociétés à la population vieillissante, comme en Corée du Sud par exemple, des robots «pensants» vont devenir très bientôt des «compagnons clefs de l'homme».

Park Hye-young, membre du bureau de la robotique au ministère, a expliqué à l'AFP que le code éthique allait s'inspirer des règles établies dans les années 40 par l'écrivain américain de science fiction, Isaac Asimov: les robots ne doivent pas s'en prendre à des humains ou permettre à des humains de faire du mal; les robots doivent obéir aux humains à moins que cela entre en conflit avec la première loi; les robots doivent assurer leur protection si cela n'entre pas en conflit avec les autres lois.

Le charte se basera également sur une «feuille de route» qui devrait être diffusée le mois prochain à Rome par le Réseau de recherche européen sur la robotique.

Ces lignes de conduite visent à assurer le contrôle de l'homme sur les robots, empêcher leur utilisation clandestine, protéger les données acquises par les robots et établir leur identification et leur traçabilité, a précisé Mme Park.

À lire aussi:

Les robots n'ont pas encore bonne mémoire