Le géant américain Apple est parvenu à régler à l'amiable un différend avec Cisco au sujet de l'utilisation de la marque «iPhone», un accord crucial pour le groupe de Steve Jobs qui joue gros avec le lancement de son téléphone nouvelle génération.

AFP

Le géant américain Apple est parvenu à régler à l'amiable un différend avec Cisco au sujet de l'utilisation de la marque «iPhone», un accord crucial pour le groupe de Steve Jobs qui joue gros avec le lancement de son téléphone nouvelle génération.

Au terme de l'accord annoncé mercredi soir sous forme d'un bref communiqué commun, «les deux entreprises sont libres d'utiliser la marque iPhone pour leurs produits dans le monde entier».

Aucun détail de nature financière n'a été rendu public, notamment sur les éventuelles sommes que se serait engagé à verser l'inventeur du «Mac» à l'équipementier télécom Cisco.

Ce dernier va mettre fin à l'action qu'il avait intentée pour violation de marque devant la justice californienne. Les deux groupes reconnaissent leurs droits respectifs en la matière et veulent même «examiner les possibilités» de coopération en vue de renforcer «l'inter-opérabilité» de leurs produits.

Au final, cet arrangement est proche de ce que souhaitait Cisco avant le début des hostilités, selon la presse spécialisée, à savoir un partage de la marque et une compatibilité à terme des deux téléphones, l'iPhone de Cisco, qui fonctionne via internet, et celui d'Apple, qui utilise le réseau de téléphonie mobile classique.

Apple, fabricant du célèbre baladeur iPod, avait mis le feu aux poudres le 9 janvier en annonçant la sortie en juin sous le nom d'«iPhone» d'un téléphone portable utilisant le réseau classique et intégrant un baladeur et un navigateur internet. C'est-à-dire mariant concrètement les technologies combinées du téléphone portable, de l'iPod et d'un produit comme le BlackBerry.

Cette annonce avait été faite en grande pompe sans l'accord de Cisco, avec qui Apple négociait pourtant depuis des mois pour obtenir l'autorisation d'utiliser la marque.

Cisco avait porté plainte car il commercialise depuis 2006 des téléphones sous cette marque. L'équipementier demandait à la justice d'interdire immédiatement à son concurrent d'utiliser ce nom.

Cisco avait obtenu les droits sur la marque en 2000 après l'acquisition d'Infogear, une société qui vendait des produits sous ce nom.

Les deux parties avaient toutefois intérêt à un accord. Cisco en premier lieu car, outre l'éventuelle composante pécuniaire de l'arrangement, il peut espérer que le succès commercial probable de l'iPhone d'Apple, qui bénéficie d'un célébrité de marque sans pareil, rejaillisse sur ses propres produits, moins connus du grand public.

C'est dans ce but que les deux groupes sont convenus de travailler en vue de rendre leurs appareils compatibles.

Pour le groupe de Steve Jobs, la menace d'un long procès susceptible de retarder de plusieurs mois la mise sur le marché de son nouveau produit phare, avec un risque de pénalités à verser au final, est levée.

Ce compromis intervient dans le sillage d'un autre arrangement à l'amiable conclu par le fabricant des ordinateurs Apple avec la société britannique Apple Corps, label des Beatles, sur l'utilisation du fameux logo en forme de pomme.

Aux termes de cet accord, le groupe américain aura la propriété de tous les noms de marque relatifs à «Apple», mais en rétrocédera certains à Apple Corps, qui appartient à Paul McCartney, Ringo Starr et aux ayants droit de John Lennon et George Harrison.

À lire aussi:

- iPhone: Cisco donne un nouveau délai à Apple

- Apple et Cisco discutent encore de l'iPhone

- Apple riposte à la poursuite de Cisco

- iPhone: Cisco poursuit Apple