J'ai entendu parler du Web 2.0. De quoi s'agit-il?

Publié le 27 avr. 2006
PierreGauthier|||IanikMarcil TECHNAUTE.CA

J'ai entendu parler du Web 2.0. De quoi s'agit-il?

L'expression Web 2.0 a été inventée par Dale Dougherty pour une première conférence en octobre 2004. Il a exposé ses vues dans un article approfondi, dont on peut lire une version française. Un deuxième événement a eu lieu en octobre dernier et cette conférence est maintenant annuelle. Cette terminologie reprend le principe des versions successives des logiciels. Des petites améliorations graduelles à un logiciel le font passer, par exemple, de la version 1.0 à 1.1, alors qu'une refonte en profondeur le ferait passer de la version 1.2 à 2.0.

Il s'agirait donc, selon Dougherty et consorts, d'une transformation importante, d'un saut qualitatif du web. L'aspect fondamental de cette transformation est l'interaction de plus en plus grande entre les utilisateurs de l'Internet. J'ai parlé dans cette chronique un peu plus tôt du phénomène des blogues, qui ont connu un essor spectaculaire depuis 2004. Les blogues sont un des phénomènes relié au Web 2.0. Alors que le web «classique» (qu'on appelle maintenant Web 1.0) était constitué de pages web statiques alimentées par des entreprises ou des organisations, le Web 2.0 est caractérisé par la génération de contenu par la communauté des internautes et, par conséquent, un déplacement du centre de gravité du contrôle du web des entreprises et organisations vers les internautes.

Quelques illustrations les plus frappantes:

Blogues: aucune connaissance informatique ni dépense technologique (achat d'un nom domaine, logiciels d'édition en html, etc.) ne sont nécessaires pour créer une page web en quelques clics.

Encyclopédies collaboratives: le succès immense qu'a connu la Wikipedia est un bon exemple de génération de contenu par qui le désire bien - et génération de contenu de qualité de surcroît.

Troc et commerce: l'invention de eBay et la généralisation de ce modèle d'affaires sont en passe de bouleverser un grand pan de la consommation - non seulement pour l'achat et la vente de biens de seconde main, mais qui permet de mettre facilement au jour des micro-entreprises. Deux exemples: les artistes qui vendent leurs propres oeuvres sur eBay ou les auteurs qui publient à compte d'auteur et distribuent leurs livres sur des sites spécialisés.

Portails collaboratifs: de nombreux portails existent maintenant (un des premiers a été del.icio.us) qui permettent le partage d'information et de documents au sein de communautés plus ou moins grandes.

Syndication de contenu: il est maintenant beaucoup plus aisé de référer le contenu généré sur les pages web (que ce soit un blogue ou un site collaboratif) par des technologies comme les fils RSS ou les «tags» de blogues.

«Grassrooots journalism»: le monde de l'information et des médias est aussi en grande transformation. Des aggrégateurs de nouvelles comme Yahoo! incluent maintenant comme sources des blogues personnels. Des initiatives comme WikiNews ou Wikio génèrent du contenu d'information d'actualités par la collaboration des internautes et non plus seulement des journalistes «officiels» ou des médias traditionnels.

Ce sont là que quelques exemples des transformations profondes (à la fois sociales et économiques) que la diffusion de l'Internet fait émerger. Et que nous suivront avec attention au cours de cette chronique!

Pour s'informer davantage: Le site de J.-F. Ruiz, WebDeux et Business et Marketing Online 2.0.

À vous de chercher maintenant