La famille Guillemot aime décidément Montréal. Après Ubisoft, c’est au tour d’une autre entreprise fondée par un des cinq frères, Christian, de s’installer dans la métropole québécoise, a-t-on annoncé cette semaine.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Réalité assistée

AMA commercialise un logiciel de « réalité assistée », XpertEye, qui permet à un expert – médecin, ingénieur, enseignant – de tout voir à travers les lunettes connectées ou le téléphone de la personne sur place, d’annoter l’image et de diffuser des informations. Un mélange de Google Glass et de Teams, quoi. « La personne à distance devient comme mon avatar, résume David Racicot, responsable des activités commerciales pour les Amériques, qui prend la tête du bureau montréalais. L’ambulancier d’Airmedic porte par exemple ces lunettes, le médecin voit ce qui se passe et pose un diagnostic. »

Pour en savoir plus sur AMA

Camp techno

PHOTO FOURNIE PAR CAMP DÉCOUVERTE TECHNO

Chaque année, des centaines de jeunes de 11 à 16 ans s’initient à l’informatique au camp Découverte techno. Ici, deux participantes de la dernière édition avant la pandémie, en 2019.

Pour la deuxième année, le camp Découverte techno, qui avait permis en 2020 à quelque 230 jeunes de 11 à 16 ans de s’initier ou de se perfectionner en informatique, revient en mode virtuel. Les nouveautés, c’est que les cours ne durent qu’une heure au lieu de 90 minutes, sur cinq jours, au coût de 100 $, et ont été divisés en trois niveaux de difficulté. Les visites à distance dans des entreprises technos, en fin d’après-midi, sont offertes gratuitement. « Les animateurs et animatrices sont tous des étudiants de cégep ou d’université en informatique, précise Éliane Béliveau, coordonnatrice. Pour moi, c’était important que les jeunes puissent se projeter dans un parcours scolaire pas si lointain, avec des modèles très concrets. »

Pour en savoir plus sur le camp Découverte techno

Cortana

IMAGE EXTRAITE DU SITE MICROSOFT. COM

Microsoft a confirmé cette semaine « la fin du support » sur iOS et Android pour Cortana, qui n’est déjà plus offert dans les deux boutiques d’applications.

On a beau s’appeler Apple, Google ou Microsoft et valoir des milliards en Bourse, on n’est pas à l’abri d’un échec retentissant. Apple l’a appris à ses dépens le mois dernier alors qu’un juge en Californie a autorisé un recours collectif contre le « clavier papillon », particulièrement fragile, qui a équipé les MacBook entre 2015 et 2019. Cette semaine, Microsoft a dû baisser pavillon et reconnaître que son assistant vocal Cortana n’a simplement pas fait le poids devant Siri, Alexa et l’Assistant Google. Microsoft a confirmé « la fin du support » sur iOS et Android pour Cortana, qui n’est déjà plus offert dans les deux boutiques d’applications. Beau prix de consolation, Cortana demeure accessible sur Windows, soit 76,6 % des ordinateurs de bureau.

Lisez l’article de 01net