(Montréal) Pour accroître la capacité des hôpitaux du Québec de tester pour la COVID-19, des scientifiques du ministère des Ressources naturelles du Canada leur ont prêté leurs propres appareils de laboratoire.

Stéphanie Marin
La Presse canadienne

Ces scientifiques fédéraux qui travaillent en biologie moléculaire et en génomique forestière voulaient contribuer à la bataille contre le coronavirus.

Ces appareils de laboratoire étaient utilisés par des scientifiques qui s’intéressent à la génétique des arbres et des insectes.

Mais la méthode d’extraction de l’ADN est la même pour tous les organismes vivants, a expliqué en entrevue Dominic St-Pierre, le directeur général du Centre de foresterie des Laurentides de Ressources naturelles Canada situé à Québec.

Ses appareils peuvent donc aussi aider aux analyses des prélèvements faits dans la gorge des patients soupçonnés d’être atteints par la COVID-19 et détecter le matériel génétique spécifique à cette maladie.

Des équipements du Centre de foresterie des Laurentides, un centre de recherche du Service canadien des forêts, vont donc se rendre cette semaine au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHU), au CIUSSS de la Mauricie et au CISSS de Chaudière-Appalaches.

Les appareils prêtés sont des robots qui accélèrent le traitement des échantillons, a expliqué M. St-Pierre.

Les scientifiques du Centre de foresterie des Laurentides espèrent que leur initiative fera boule de neige, dit-il.

« On est fiers de pouvoir contribuer et on espère que cela va inspirer d’autres centres de recherche à faire de même ».

Le ministère de la Santé a besoin de toute l’aide nécessaire, estime M. St-Pierre.